Amateurs de balle, je vous souhaite un bon hiver!

Brian Wilson et CodyRoss

Brian Wilson et Cody Ross - Photo: John G Mablango/EPA

Il y aura probablement un peu plus de fumée qu’à l’habitude dans les rues de San Francisco au cours des prochains jours alors que ses habitants peuvent enfin célébrer un premier titre des Giants depuis l’arrivée de l’équipe dans la région. Ces derniers ont mis fin à une disette de 56 ans pour ainsi clore une décennie qui a eu son lot d’équipes qui ont renoué avec la victoire. Si les Red Sox de 2004 viennent en tête presqu’automatiquement, on oublie qu’un an plus tard, les White Sox ont remporté les honneurs pour la première fois en 88 ans. Et qui sait ce qui aurait pu se passer si Steve Bartman n’avait pas attrapé cette fameuse fausse balle en 2003…

C’est une équipe pour le moins éclectique, formée de jeunes talents, de vétérans repentants et d’anciens espoirs inaccomplis qui sont venus à bout d’une équipe Texanne qui a très mal choisi son moment pour tomber en panne. Beaucoup comparent cette édition des Giants aux Dodgers de 1988 qui ont remporté la Série mondiale avec une équipe que plusieurs ont qualifiée de « pire équipe à remporter le titre ». En fait, je serais prêt à mettre un gros vingt que personne d’entre vous aurait pu nommer un joueur de l’équipe en dehors de Tim Lincecum avant le début des Séries (en passant, Barry Zito n’a pas lancé et Barry Bonds n’est plus un joueur actif).

Mais ces séries nous aurons permis de découvrir plusieurs joueurs intéressants. Si, selon moi, certains ont eu leur 15 minutes de gloire, comme par exemple Freddie Sanchez et Cody Ross, parions que nous allons entendre parler dans les années à venir du jeune Brian Wilson. La menace barbue a été électrisante tout au long des séries et m’a fait pensé au Mariano Riveira de l’époque où les Yankees dominaient les majeures. De plus, il a définitivement le meilleur « finishing move » de la ligue (désolé, Jonathan Papelbon…)


À quoi bon la saison régulière?

Une tendance qui semble s’écrire avec la victoire des Giants est qu’il est de moins en moins important de bien paraître en saison régulière. On a vu au cours des dernières années de plus en plus d’équipes entrer en séries éliminatoires par la porte d’en arrière comme l’a fait San Francisco et faire bonne figure. On se souviendra aussi des Rockies de 2007 qui ont eu besoin d’un 163e match pour accéder aux séries de fin de saison et qui ont tout de même atteint la grande finale. Je suis certain que les grandes instances du Baseball majeur se grattent la tête en voyant ce courant évoluer. Pas surprenant qu’ils envisagent d’augmenter le nombre d’équipes en séries. C’est le dernier bastion où la ligue peut espérer amasser un auditoire décent.

Les grands points d’interrogation de l’hors-saison

Il y aura beaucoup d’histoires intéressantes à suivre cet hiver. Les deux plus médiatisées concerneront probablement les Yankees. Derek Jeter est maintenant un homme sans contrat et il serait surprenant que les Yanks le laissent aller. Toutefois, sa production a baissé cette saison et il sera intriguant de voir si New York lui accordera un contrat en fonction de ses performances passées ou futures. Selon moi, Jeets est encore de loin le joueur le plus populaire de l’équipe et il serait insultant pour lui qu’une équipe comme les Yankees décident soudainement de dépenser leur argent intelligemment.

Un autre nom qui sera sur leur liste d’épicerie sera certainement Cliff Lee. C’est peut-être dur à croire, mais l’équipe New Yorkaise manque de profondeur au monticule pour espérer remporter les honneurs et ce, malgré CC Sabathia. L’entrevue qu’a mené Lee après le match #5 peut nous laisser croire que le lanceur a déjà une bonne idée sur le choix qu’il fera lorsque le marché des agents libres ré-ouvrira.

Finalement, l’hiver des Rays de Tampa Bay risque de nous rappeler la dure époque des Expos, alors que malgré trois bonnes saisons d’affilée, l’équipe risque de perdre plusieurs bons joueurs de son noyau qui voudront probablement profiter de leur succès à Tampa pour faire des demandes salariales que les Rays ne pourront se permettre. Je serais surpris de voir l’équipe connaître une saison à la hauteur de ce qu’elle nous a habituée au cours des dernières années l’an prochain.

Bref, nous avons eu droit à des séries de fin de saison excitantes, qui ont su nous surprendre constamment (à en juger à mon dossier de 0-3 dans mes prédictions. L’an prochain, j’y vais avec le bon vieux pile-ou-face). Elles nous ont fait découvrir beaucoup de nouveaux visages qui changeront définitivement la dynamique de la saison 2011.

En terminant, Tim Lincecum ne supporte-t-il même pas l’odeur de l’alcool?!!

Amateurs de balle, je vous souhaite un bon hiver!

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11