J’aurais voulu être un artiste : Oscar De La Hoya

Après Guy Lafleur et Shaquille O’Neal, au tour d’Oscar De La Hoya d’y passer. Avant de vous exprimer sur la qualité musicale de l’œuvre présentée dans cet article, gardez en tête que ce monsieur a 30 victoires par KO à son actif dans le circuit professionnel et qu’il peut vous mettre au tapis dans la seconde…



Livin’ la Vida Loca, Rhythm Divine, I Need to Know.

Alors que Ricky Martin, Enrique Iglesias et Mark Anthony venaient de lancer leurs bombes hispaniques respectives et que les ondes radiophoniques de la terre entière étaient inondées par une vague de Pop Latine dont on aurait bien pu se passer, Oscar De La Hoya (39-6-0), le Golden Boy de la boxe, sort un album éponyme le 10 octobre 2000. Sous le label EMI International, l’album comporte 13 pièces en anglais et en espagnol… un autre album de Pop Latine. Ses motivations? Probablement pour honorer sa mère Cecilia décédée dix ans plus tôt (bien avant ses succès dans la boxe) avec qui il chantonnait de nombreuses balades alors qu’il n’était qu’un tout petit Oscar. L’album a été co-écrit par la prolifique auteur-compositeure Diane Warren (Celine Dion, Aerosmith, Tony Braxton, etc) et nul autre que les Beegees!!

Oscar De La Hoya est également l’homme derrière Golden Boy Promotions, l’écurie qui représente Bernard “Forty-Five” Hopkins, l’homme qui a “perdu” face à Jean Pascal dimanche dernier dans la vieille capitale, vous savez, ce double draw

Bref, le médaillé d’or des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 a même été nommé au Grammy Awards pour le simple Ven a Mi — Viens à moi dans la langue de Molière.


Ven a Mi — Oscar De La Hoya

L’ennemi juré de Fernando Vargas est plus suave dans cette vidéo, n’est-ce pas?

Para Que, la deuxième vidéo d’Oscar, met en vedette sa femme Millie Corretjer.

Muy caliente!


À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11