La Coupe d’Asie gagne à être connue

À Montréal, le Championnat européen (l’Euro), une compétition qui nous a déjà offert son lot de surprises, est le tournoi de foot le plus regardé après la Coupe du Monde. L’Europe n’est pas seule : chaque continent a sa compétition – la Coupe d’Afrique des Nations, la Copa America (Amérique du Sud), la Coupe d’Océanie  et la Gold Cup (Amériques du Nord et Centrale, et Caraïbes). Pour sa part, la Coupe d’Asie, disputée au Qatar, est typiquement loin des yeux des amateurs de foot.

Alors que l’Asie a longtemps été un continent au niveau mondial assez faible, les prestations récentes de la Corée, du Japon ou encore de l’Australie, ainsi que les Mondiaux asiatiques (2002 et 2022) font en sorte que le niveau et l’intérêt hors-Asie s’accroissent.

La compétition, disputée aux quatre ans, verra un nouveau champion, alors que l’Australie disputera sa première finale asiatique (depuis son changement de continent en 2006) contre le Japon, qui tentera, lui, de remporter un 3e titre en quatre tournois. Le champion succédera à l’Irak, dont l’improbable victoire en 2007 avait fait la manchette.

C'est juste moi ou ça ressemble à du Escher?

L’Ouzbékistan et la Jordanie, qui s’affrontaient en quarts, ont été les grandes surprises du tournoi, tandis qu’on en attendait plus des mondialistes nord-coréens (un petit point) et de l’Arabie saoudite (aucun point). Le Qatar, pays hôte aux multiples joueurs naturalisés, a mieux fait qu’on pouvait s’y attendre, avec deux victoires en groupe, avant d’être mis à l’épée à la dernière minute par le Japon en quarts. D’ailleurs, cette ronde fut palpitante, avec trois des quatre matches se décidant à la 90e minute ou plus tard.

En demi-finale, les Socceroos ont démantelé les Loups blancs ouzbeks sur un score sans appel (6-0). La défense de l’ancienne république soviétique semblait complètement dépassée par le jeu australien. On peut parier que plusieurs Canadiens seront curieux de voir si l’entraîneur allemand Holger Osieck peut amener l’équipe australienne au sommet, comme ce fut le cas avec les Rouges lors de la Gold Cup 2000.

Les Coréens ont manqué leurs 3 tirs de barrage: 3-0 Japon

Dans l’autre demi-finale, les vieux rivaux japonais et coréen se sont débattus à coup de pénaltys pour avoir la chance de jouer la finale : un de chaque côté lors du match (2-2 après prolongations), puis 3-0 pour Samurai Blue en tirs de barrage. Une belle revanche nipponne après le match de 3e place en 2007.

La finale de samedi a tout pour plaire avec deux bonnes équipes aux styles très différents : l’Australie, inspirée par son milieu Harry Kewell, tentera de mettre à profit son jeu physique pour mettre la main sur un premier titre majeur, tandis que les jeunes Japonais, emportés par Honda et Kagawa,  joueront court et au sol pour essayer de devenir le premier pays asiatique à remporter 4 titres.

Ze moment : l’Ouzbek Odil Akhmedov marque le premier but du tournoi, contre le pays hôte, sur un tir foudroyant

Mention (dés)honorable : à l’Arabie Saoudite, qui doit être la première équipe à renvoyer DEUX entraîneurs lors d’un même tournoi!

À voir aussi sur SDR :


    Aucun article trouvé

Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11