Les Bulldogs de Montréal

David Desharnais - RDS.ca

David Desharnais - RDS.ca

En raison des nombreuses blessures qui affligent des joueurs clés de l’équipe, le Canadien a dû faire appel récemment à plusieurs joueurs qui évoluaient avec les Bulldogs d’Hamilton. Lors de la victoire contre les Sénateurs vendredi dernier, 5 joueurs qui participaient au match avaient commencé la saison à Hamilton: Max Pacioretty (22 ans), Yannick Weber (22 ans), David Desharnais (24 ans), Ryan White (22 ans) et Andreas Engqvist (24 ans). Si on ajoute P.K. Subban et Lars Eller, tous deux âgés de 21 ans, on ne peut plus reprocher au Canadien de ne pas faire de place à ses jeunes joueurs! La profondeur de l’équipe, que tout le monde vante par les temps qui courent, est directement liée au bon boulot de Trevor Timmins depuis qu’il a été nommé recruteur-chef du Tricolore. Je n’embarquerai pas dans une analyse exhaustive de son travail (j’y travaille pour un prochain article), mais force est d’admettre qu’il a réussi plusieurs bons coups.

Même si j’ai toujours cru en son potentiel, plusieurs considéraient déjà Max Pacioretty comme un flop en début de saison. Le gros ailier est en train de faire taire les critiques grâce à du jeu inspiré qui fera de lui un ailier de puissance efficace dans la LNH.  Rapide et intelligent, son style de jeu en font le complément parfait pour des joueurs rapides et talentueux comme Gionta et Gomez. Son amélioration par rapport à l’an dernier est impressionnante.

Même s’ils ont joué seulement deux matchs avec l’équipe, j’aime le potentiel de Ryan White et Andreas Engqvist. Les deux sont destinés à des carrières sur le troisième ou le quatrième trio dans la grande ligue, mais je crois qu’ils peuvent être très utiles dans ce rôle. Conscient défensivement, rapide et surtout intense, White pourrait devenir une version améliorée de Maxim Lapierre. Engqvist, quant à lui, est un joueur très intelligent qui prend constamment de bonnes décisions sur la patinoire. De plus, il possède un physique imposant et d’excellentes mains. Cependant, je crois qu’il devra peaufiner certains aspects de son jeu à Hamilton avant d’être un régulier avec le Canadien. D’ici un ou deux ans, il pourrait être un bon centre de troisième ou de quatrième trio.

Yannick Weber a fortement progressé depuis l’an dernier. Il démontre plusieurs belles choses mais je crois que son potentiel est limité. Il est nettement plus confiant avec la rondelle et ne se  fait plus battre aussi facilement à un contre un. Par contre, en raison de ses limitations physiques, il ne deviendra jamais plus qu’un spécialiste de l’avantage numérique ou un sixième défenseur. Un genre de Marc-André Bergeron…ouch!

J’ai gardé le plat de résistance pour la fin…David Desharnais. Le petit joueur de centre fait plutôt bien depuis son arrivée dans l’équipe avec 4 points (dont 2 buts) en 10 rencontres. Le chouchou des partisans démontre du jeu combatif et une intelligence de jeu nettement supérieure à la moyenne. Par contre, je dois vous avouer que je ne suis pas convaincu dans son cas. Ses limitations au niveau de la force physique et de la vitesse l’empêcheront toujours de devenir un joueur offensif dominant. Soyez honnêtes, combien de batailles à un contre un remporte-t-il? Je ne vous parle même pas de son jeu en territoire défensif, un aspect qui est crucial pour tout joueur de centre. Je ne démord pas de l’article que j’ai écrit à son sujet le 15 octobre dernier.

Je l’aime bien le ptit David, car oui il est combatif et intelligent, mais il y a des choses que le courage seul ne peut te donner.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11