Subban apprend à la dure

Bien qu’il ait marqué le but qui a fait la différence dans la rencontre d’hier contre les Flames, Subban a encore une fois été trop excentrique au goût de ses coéquipiers. Gomez en particulier n’a pas apprécié que le #76 du Canadien aille célébrer son but au centre de la glace plutôt que dans ses bras.

Regardez bien dans l’extrait suivant, les deux éléments importants :

À 0:24 alors que Subban se fait féliciter pour son but, 2 joueurs passent en arrière-plan. Il s’agit du géant Gill et de Gomez. Les deux joueurs ne regardent même pas en direction de Subban et continuent leur route vers Price. Remarquez à quel point ils ont un effet puissant sur le reste de l’équipe, puisque quelques secondes plus tard, le reste de l’équipe suit.

À 0:38 Subban essaie de se reprendre et cherche désespérément à aller voir Gomez, lorsqu’il le trouve enfin, celui-ci continue à jouer la carte de l’indépendance et ignore le jeune défenseur. On peut lire la déception dans le non verbal de Subban.

Je vais peut-être en surprendre plusieurs en affirmant que je ne suis pas totalement contre ce que Gomez a fait hier. Subban est en apprentissage et ceci en fait partie. À moins de s’appeler Alex Ovechkin et être une super vedette dès son arrivée, un joueur ne peut pas arriver dans la ligue et en mener large auprès des vétérans et dans la chambre. Ça ne se fait tout simplement pas. Voilà en partie pourquoi je ne suis pas contre le fait que Gomez et Gill soient toujours sur le dos de Subban. Il apprend à la dure, mais il apprend.

Les derniers joueurs qui en menaient trop large dans le vestiaire n’ont pas fait long feu à Montréal. Ribeiro et Hainsey sont de parfaits exemples.

Une chose est également très claire au sein de la troupe de Martin, Gomez et Gill sont deux des joueurs ayant le plus d’influence dans le vestiaire. Ils ne doivent cependant pas en abuser. Même si je comprends en partie leur geste d’hier, je crois qu’ils sont peut-être allés un peu loin. Surtout Gomez en refusant d’absoudre P.K. de son péché.

De plus, Markov manque cruellement au Canadien côté leadership. Il aurait sans contredit été un mentor important pour le jeune P.K., comme en fait foi mon collègue Lénine dans son article.

Il y a une bonne nouvelle par contre. P.K. ne semble pas prendre la situation à la légère et lorsque ses émotions prennent le dessus, il revient maintenant plus vite à la réalité. Il montre au moins des signes d’efforts et semble être motivé à faire entièrement partie de l’équipe. Facile à voir lorsque Subban affirme à la fin de la rencontre devant les journalistes que Gomez est celui qui a fait le gros jeu… heee Non!

Je suis conscient que la majorité de vous ne serez pas en accord avec moi… je vous invite à réagir dans la section commentaire!

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11