Et si l’Impact ne faisait pas les séries?

C’est un peu sensationnaliste, mais c’est tout de même une question à se poser. Ça ne fait que trois matches de ligue, mais l’Impact est 7e sur 8, avec un petit point (et un petit but). On dira que les 6 premiers clubs font les séries, mais l’Impact n’a pas de droit inné à se qualifier, malgré ce qu’on semble croire. Est-ce que ça changera cette saison?

Un départ laborieux pour Pizzo et l'Impact (Photo: Pépé)

Depuis la relance en 2002, l’Impact a fait les séries à chaque année. En 2003 et 2008, il s’est qualifié avec 5 points d’avance, sa plus faible marge. Dans une ligue ou les équipes les plus faibles ont l’habitude de faire faillite ou de manquer de souffle, la profondeur montréalaise avait souvent le mot de la fin. En séries, elle a fait le carré d’as 6 fois sur 7 depuis 2004.

Par contre, le club n’a pas l’habitude des bons débuts de saison. Depuis l’ouverture du Stade Saputo en 2008, l’Impact a engrangé une moyenne de 12,33 points sur 30 lors de ses dix premiers matches. Lors des débuts laborieux de 2008 et 2009, on a procédé à des changements d’entraîneurs.

10 premiers matches

V N D Points

Changement d’entraîneur?

2008

2 2 6 8/30

DeSantis à Limniatis

2009

4 2 4 14/30

Limniatis à Dos Santos

2010

4 3 3 15/30

NON

2011 0 1 2 1/9

?

Cette semaine contre Vancouver, en Championnat canadien, le onze montréalais a su montrer un peu plus d’aplomb, jouant un jeu de possession plus proche de son plan, mais a eu l’air tout aussi insipide en attaque.

L’Impact n’a tout simplement pas l’air de l’équipe dominante qu’elle se doit d’être en NASL, quelque chose qui, on l’avouera, arrive souvent plus tard en saison. C’est tout de même inquiétant de voir que, ayant renforcé la défense et les milieux défensifs, on est encore court offensivement. Ech Chergui est venu pour être meneur de jeu, mais on semble le jouer plus rapproché d’un Gerba trop seul en pointe et souvent frustré. Avec la blessure à Agourram et la retraite de Sebrango, il ne reste plus que Mayard qui peut jouer en pointe. Ribeiro, quant à lui, semble attendre son tour pour reprendre ce poste de milieu offensif. Ech Chergui sera-t-il le prochain Martin Fabro ou Felipe Pastel? Ces joueurs étaient arrivés en meneurs de jeu avant que le jeu physique de la ligue ne contrecarre leurs aptitudes techniques.


Et le Maestro dans tout ça?

Dos Santo (Photo: Pépé)

Marc Dos Santos joue lui aussi son avenir avec l’Impact. Le Maestro a besoin d’une bonne saison pour convaincre le club de le signer une fois en MLS, quelque chose qui est loin d’être automatique. On le connaît, c’est un savant de foot, mais son système, axé sur la possession, devra être beaucoup plus visible et efficace s’il veut continuer. Lors du match d’ouverture, on ne comptait plus les longs ballons et centres tout croches face à Tampa, malgré un vent qui aurait dicté un jeu au sol, supposée marque de commerce de l’IMFC.

On n’est pas des fe-fans, comme dirait l’autre, mais c’est clair que les supporters et partisans de l’Impact s’inquiètent lorsque notre équipe ne joue pas à la hauteur de son talent. Malheureusement, c’en est devenu une habitude, surtout en début de saison.

*********************
Socrates (@SocratesMTL) croit, comme tout le monde, que l’Impact finira par faire les séries.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11