Stats du jour: les gros trios de la ligue

À la base, il y a deux manières de bâtir une équipe pour un directeur-gérant: par l’attaque ou par la défense. Réussir à combiner les deux représente évidemment l’idéal, mais dans le contexte actuel de la LNH, il est difficile de pouvoir être aussi efficace et dominant dans ces deux facettes. Seules quelques équipes pourront y arriver et risquent de ne pas pouvoir répéter l’exploit plusieurs saisons de suite, à moins que le noyau principal de l’équipe demeure constant.

La stratégie utilisée par Pierre Gauthier est sans l’ombre d’un doute centré autour de la défensive et de Carey Price. Avec les nombreuses blessures en défensive, l’attaque se devait de prendre la relève cette saison, mais, vous le savez tous, les Gomez, Gionta, Cammalleri et même Plekanec sont loin d’avoir répondu à l’appel. C’est ce qui explique selon moi les déboires du club en fin de saison et qui a apeuré les partisans à l’aube des séries éliminatoires. Le meilleur pointeur de l’équipe, Tomas Plekanec est actuellement au 58e rang de la ligue avec 56 points et pourrait ne pas atteindre les 60 points. Il s’agirait d’une première depuis les beaux jours de Yanic Perreault – qui sera à l’Antichambre ce soir à RDS – qui avait conclut la saison 2001-02 avec un faible total de 56 points.

Le premier trio du Canadien, si l’on considère qu’il est composé de Plekanec, Cammalleri et Kostitsyn, a totalisé jusqu’à maintenant 148 points en 222 matchs. Un apport nettement insuffisant qui frôle la médiocrité. Contrairement au Canadien, dans plusieurs autres équipes de la ligue, c’est le premier trio de l’équipe qui fait la pluie et le beau temps en menant l’équipe soirs après soirs vers la victoire ou, du moins, une chance d’obtenir les deux points.

Voici un tableau qui illustre assez bien la différence de production entre le premier trio du Canadien et les meilleurs de la ligue.

Je sais que plusieurs grognent déjà que je compare des pommes avec des oranges. Peut-être, mais les trois joueurs du Canadien représentent tout de même plus de 14,2M$ en salaire cette saison. Assez comparable aux 15,75M$, 16,5M$ et 14,7M$ des trios des Ducks, des Blackhawks et des Canucks. Le salaire n’est pas guise de productivité, mais il représente malgré tout un indice sur les espoirs qu’a l’organisation en ce qui a trait à la productivité de ses attaquants les mieux payés. Je préfère ne pas faire les calculs en utilisant les statistiques et salaires de Gomez et Gionta, ça deviendrait trop gênant.

À vous de tirer votre propre conclusion sur ce qui est le plus impressionnant entre un premier trio qui réussit à maintenir un rythme avoisinant un point par match durant toute une saison – environ 20 joueurs devraient conclurent la saisons avec une moyenne de point par match supérieure à 1 – ou un premier trio qui n’arrive pas à se rendre au faible ratio de 0.70 point par match – qui représente moins de 60 points. À tout le moins, Cammalleri et Kostitsyn nous ont montré de belles choses à l’approche des séries.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11