Je me souviens (soccer): les finales des années 2000

C’est ce samedi que s’affronteront Manchester United et Barcelone dans un choc de rêve pour clore la Ligue des Champions. Le match aura lieu au domicile du foot anglais, le stade Wembley, devant plus de 90 000 supporters. D’un bord, le jeu irrésistible d’un Barça qui semble (presque) inarrêtable depuis 3 ans, de l’autre le jeu efficace des Red Devils, toujours renouvelés sous la houlette de leur entraîneur Sir Alex Ferguson, au poste depuis 1986 (!!!).

Depuis 10 ans, la finale nous a offert des matches enlevants, et d’autres un peu plus ternes. Voici quatre finales qui ont marqué les années 2000.

« Moi c’est Mourinho » : Porto 3-0 Monaco (2004)

L’année précédente, Porto avait remporté la Coupe UEFA (depuis devenue Ligue Europa), avant de se lancer dans l’aventure de la Ligue des Champions en 2004. Son entraîneur? Un jeune fendant du nom de… José Mourinho. La finale ne fut pas un grand classique, mais c’est la seule de la décennie à nous avoir présenté deux négligés, et ce fut tout un coming out pour celui qu’on surnomme « The Special One ». D’ailleurs, le Porto de cette saison a remporté la Ligue Europa et n’a pas perdu une seule fois en ligue. Emmenée par un dauphin de Mourinho, Andre Villas-Boas (33 ans seulement), il faudra garder un œil sur eux lors de la Ligue des Champions 2011-2012…

Et on n'a plus jamais entendu parlé de lui par la suite - Photo: calciomio.fr

Prise 1 : Barcelone 2-0 Manchester United (2009)

Un match qui pourrait nous en dire beaucoup sur celui de samedi, alors que nos deux finalistes se sont affrontés il y a deux ans à Rome. Avant qu’il y ait Messi vs Ronaldo, il y avait… Messi vs Ronaldo! Alors que le Portuguais n’avait rien cassé ce soir-là à Rome, Messi marqua le deuxième but de la tête… du haut de ses 5’7. 7 des 11 joueurs partants sont de retour pour le Barça ce samedi, et ManU devrait se pointer avec le même nombre de revenants.

Ze Vollée : Real Madrid 2-1 Bayer Leverkusen (2002)

Zidane a marqué une génération. Sur la scène internationale, ses buts lors de la finale de la Coupe du Monde 1998 demeurent gravés dans la mémoire des fans de foot, tout comme sa performance magistrale lors de la demi-finale de l’Euro 2000. En club, il y a ce moment, magique et parfait, lors de la finale 2002 : un haut ballon de Roberto Carlos, puis une reprise de vollée parfaite dans le coin supérieur du filet. Wow. De l’autre bord du terrain, Iker Casillas, substitut, est revenu en force alors que le gardien partant du Madrid se blesse lors du match. Le jeune espagnol fruste les Allemands, emmenés par un certain Michael Ballack, et les Galacticos remportent leur dernier « trophée aux grandes oreilles ».

"Check ça, Mike!"

« I’ll be back » : Liverpool 3-3 (3-2 pen.) AC Milan (2005)

J’imagine que vous l’avez vu venir. Prenez une puissance offensive et défensive, qui a connu énormément de succès depuis des années, et donnez-lui une avance de 3 buts à la mi-temps. Prenez un géant tombé de haut, qui n’a pas remporté sa ligue et la Coupe d’Europe depuis les années ’80, puis donnez-lui 3 buts en six folles minutes. Rajoutez des pénaltys et un petit hommage de gardien, et ça vous donne un classique, « le Miracle d’Istanbul ».

Ze moment : Voici Ze but de la carrière de club de Zidane, point barre.

*********************
Socrates (@SocratesMTL) siestait sur le sofa en 2005 quand Gerrard l’a réveillé avec le premier but.

À voir aussi sur SDR :


    Aucun article trouvé

Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11