Parfois, il nous faut le vivre pour le comprendre

Jean Pascal contre Bernard Hopkins. - Photo: Radio-Canada.ca

Samedi soir dernier, Pascal a reçu une leçon de boxe et peut-être même, une leçon de vie. Comment réagira-t-il par la suite? Personne ne peut le prédire avec exactitude. Pascal a affronté un boxeur plus rusé qui a su le manipuler tout le long de la préparation et, surtout, tout au long du combat.

Pascal est très bon lorsqu’on parle de « préparer » un combat, il sait en beurrer épais, n’hésite pas à tenter de piquer l’adversaire de toutes les façons possible et réussit souvent. Mais Hopkins a prouvé qu’il est meilleur dans cette discipline, si ce n’est pas LE meilleur.

On a senti Pascal perturbé quelquefois et ses répliques étaient moins convaincantes et manquaient peut-être de finesse. Mais là où cela a été le plus évident, c’est encore dans le ring. Pascal a tenté d’être patient et de préserver ses énergies et y a perdu au change.

Hopkins en fin renard ne faisait que contre-attaquer les bombes que lui lançait Pascal et a su ainsi gagner les rondes point par point comme il sait si bien le faire.

BHop n’est pas que le roi de la « trappe » : il est celui des « Mindgames », comme il l’a mentionné après le combat et c’est bien vrai. Que dire de ses pompes après le 7e round….Priceless comme dirait l’autre.

À 46 ans, Bernard Hopkins devient ainsi le plus vieux champion du monde et sa carrière devient encore plus légendaire qu’elle ne l’était déjà.

Dans ce sens, nous sommes privilégiés d’y avoir assisté.

Mais je me pose maintenant quelques questions: est-ce que l’arsenal de Pascal n’est constitué que de crochets? On ne le voit presque plus jabber, on ne voit presque jamais de directs du droit et on oublie complètement les uppercuts qui sont inexistants. Il attaque directement à la tête systématiquement. Où sont passés les « flurry » au corps légendaires de Pascal?

C’est simple, il semble qu’il n’y a plus de combinaisons du tout dans le sac de Pascal, trop souvent c’est du 1-2, crochet gauche suivi de la droite « overhand ». Est-ce que tous ces coups ont disparu à cause de la blessure à l’épaule droite de Jean? Est-ce que Jean se laisse emporter et ne cherche que le K.O? Ou bien est-ce que son
entraîneur Marc Ramsay a décidé de ne plus les utiliser?

Il faudra, selon moi, qu’on y réfléchisse sérieusement car on ne gagne pas de championnats uniquement avec des « haymakers » trop larges et une grande gueule.

On vient d’en avoir la preuve.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11