La pilosité faciale

L’autre jour, j’ai loué le film d’Yves Pelletier « Le baiser du barbu ». Le personnage principal est un acteur qui prend confiance en lui en se laissant pousser la barbe. Dans le sport professionnel, cette superstition se voit surtout lors des championnats de fin de saisons.

Au baseball, plusieurs joueurs utilisent leur pilosité pour intimider l’adversaire. En particulier, les releveurs de fin de match semblent être enclin à vouloir utiliser leurs poils de face pour se donner une personnalité ou pour… faire peur.

Voici un top 10 des plus belles “oeuvres d’art” sur les tronches des releveurs numéro un des ligues majeures.


10. J.J. Putz, Arizona
Le discret Dan Boucher rouquin.

Putz a été nommé releveur du mois de mai dans les majeures


9. Craig Kimbrel, Atlanta
Je fais ce que je peux avec ce que j’ai.

À 23 ans et quelques pouces, il est déjà releveur #1. Kimbrel, un nom à surveiller.


8. Joel Hanrahan, Pittsburgh
Pinch sans personnalité… comme son équipe.

Hanrahan a déjà 14 sauvetages cette saison.


7. Heath Bell, San Diego
J’ai des favoris. J’ai un pinch. Pourquoi ne pas les relier?

Bell se dirige vers une troisième saison consécutive de 40 sauvetages.


6. Francisco Cordero, Cincinnati
On joue sur trois niveau de longueur ici.

Cordero est devenu le 22e lanceur de l’histoire à enregistrer 300 sauvetages mercredi dernier.


5. Jonathan Broxton, Los Angeles
Les favoris qui piquent à la Dustin Hermanson.

Broxton est présentement blessé au coude droit.


4. Chris Perez, Cleveland
Tout pousse, comme un coureur des bois… ou un hobo. Un hobo qui lance des dards à 100 milles à l’heure.

Tout sourit enfin aux Indians cette année. Perez a déjà 14 sauvetages.


3. Jose Valverde, Detroit
Biquette la chèvre. Il semble la peigner soigneusement chaque matin pour la démêler. Il pourrait aussi être du genre à utiliser du Miracle Grow.

Valverde n’a aucun sabotage cette année. Il a converti 15 opportunités et 15 sauvetages.


2. John Axford, Milwaukee
Moustache de “cou rouge” en balai classique. Je l’imagine parfaitement en civil avec un fusil à son ceinturon.

36 retraits sur des prises en 26,1 manches. Axford connaît un bon début de saison.


1. Brian Wilson, San Francisco
Barbe à la “ZZ top” teinte à la cire à chaussures noires.
Les tueurs en ont peur quand ils le rencontrent dans une ruelle.
Les frappeurs aussi quand ils le voient sur la butte.

Wilson peut désormais aussi compter sur sa bague des Séries Mondiales 2010 pour intimider ses adversaires.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11