Les Ours ont eu le meilleur

Les Bruins champions - sports.yahoo.com

Les Canucks ont peut-être réussi à remporter trois des sept matchs de la série finale de la Coupe Stanley, mais force est d’admettre qu’avec un total de buts favorisant les Bruins 23-8, ces derniers ont davantage mérité le précieux trophée. La robustesse semblant parfois exagérée des Big Bad Bruins a bénéficié de la clémence des arbitres et Tim Thomas a gardé les buts à l’image de sa saison. De plus, chaque joueur du Boston a apporté à son équipe exactement ce dont elle avait besoin pour devenir la plus redoutable de la ligue en séries.


Attaques vs. Gardiens

Du côté des Canucks, l’attaque a été trop peu productive durant toute la série. Bien qu’elle ait généré beaucoup de tirs au but, les réelles chances de marquer n’ont pas été proportionnelles au talent offensif de l’équipe. Les jumeaux Sedin étaient… En fait, ils n’étaient tout simplement pas là. Zdeno Chara, qui avait la mission de les contrer, a expliqué hier au terme de la série que le plan de match était que les jumeaux ne parviennent pas à se trouver l’un et l’autre dans la zone des Bruins. C’est exactement ce qui est arrivé. Aussi, leur avantage numérique (meilleur de la ligue en saison régulière) n’a pas su bénéficier de ses chances puisqu’ils n’ont marqué que deux fois en 31 occasions (6,5%). J’allais oublier : ils se sont mesurés à un gardien de but au sommet de son art, si l’on peut appeler ça ainsi. En effet, Thomas a dominé la ligue et a établi des records tout au long de la saison et, en finale, y est allé d’arrêts-clés empêchant Vancouver de revenir dans le match.

De l’autre côté, Roberto Luongo a malheureusement donné raison à ses détracteurs et n’a pas su être à la hauteur dans les moments opportuns. Il aurait fallu qu’il connaisse un seul bon match à Boston pour que les Canucks mettent la main sur la Coupe, mais il en a été incapable, concédant 17 buts en 8 périodes. Par ailleurs, contrairement aux Canucks, l’apport offensif des Bruins est venu de partout. Le trio composé de Bergeron, Marchand et Recchi a été le plus dominant, mais les autres ont également su produire quelques buts importants.

LE trio des Bruins formé de Bergeron, Recchi et Marchand - boston.cbslocal.com

Bref, Thomas a été nettement plus dominant que Luongo, la défensive des deux équipes a été à l’image de leurs gardiens respectifs et la profondeur offensive des Bruins a été clairement supérieure à la production indispensable (et quasi-inexistante) des Sedin.


Dur, dur de gagner à Boston

Même si la série s’est rendue à son paroxysme et malgré une domination des Canucks au chapitre des tirs au but, les Bruins ont dominé la majorité de la série de manière étonnante, et ce, surtout lors des parties à Boston. Mais pourquoi un écart si important lors des matchs sur la patinoire du TD BankNorth Garden? Tout d’abord, il m’attriste de devoir jeter une bonne partie du blâme sur Luongo. Le gardien montréalais a accordé de faibles buts à plusieurs reprises – vu sa difficulté à supporter la pression selon les dires de plusieurs – et, du même coup, privé les siens d’avoir la chance de mettre la main sur une victoire à l’étranger.

Vancouver n’est par contre pas la seule équipe à avoir éprouvé des problèmes à Boston. En effet, les Bruins n’ont subi que trois défaites (dont les deux premiers matchs contre le Canadien) à leur domicile.


Les Canucks à bout de souffle

Comme après chacune des séries éliminatoires, on apprend qui jouait avec des bobos. Kesler (déchirure à l’aine et blessure à une hanche), Erhoff (épaule), Higgins (pied) et Edler (deux doigts fracturés) sont les premiers joueurs des Canucks à avoir admis avoir joué blessés, mais il y en aura sûrement d’autres. Outre ses guerriers, Alain Vigneault a également perdu les services de Mason Raymond et Dan Hamhius lors des premiers matchs de la finale. En prenant connaissance de ses blessures, on comprend un peu mieux le manque de combativité de la meilleure équipe en saison régulière. Cependant, comme le vieux cliché le dit: «on ne peut tout excuser par les blessures».


Les Bruins agresseurs

De leur côté, les Bruins semblent n’avoir souffert que de très peu de blessures. Évidemment, leur style de jeu intense et robuste leur a donné tout au long des séries et de la saison le rôle d’agresseur. Avec ce titre, et en bénéficiant d’une clémence notable des arbitres, Boston a pu imposer son style de jeu. Malgré la morsure d’Alex Burrows, le violent coup d’épaule d’Aaron Rome sur Nathan Horton et quelques grimaces de Max Lapierre, les Canucks n’ont pas su rivaliser sur ce point, et, conséquemment, imposer leur rythme.

Même Tim Thomas a mis un des jumeaux en échec - bruinsblog.projo.com


Une conquête méritée

Bien que les Bruins soient probablement l’équipe sportive que je déteste le plus, je dois admettre qu’ils méritent amplement la Coupe cette année. Ils ont fait preuve de caractère dans chacune des séries et avaient véritablement une équipe sur la glace. Chaque trio, chaque duo de défenseurs et, bien sûr, le gardien de but formaient un tout indissociable et efficace.


En terminant, je m’en voudrais de ne pas souligner les performances de certains membres de l’organisation des Bruins.

  • Patrice Bergeron, qui a subit une sévère commotion cérébrale en octobre 2007 revient de loin. Après la médaille d’or aux Olympiques l’année passée, Bergeron s’est une fois de plus établi comme un leader important autant par ses performances offensives (5e rang des pointeurs de la ligue en séries) que défensives (différentiel de +15 en séries).
  • Tim Thomas a évolué au sein de 10 équipes différentes en 8 ans avant de s’établir à Boston. Voilà qu’à 37 ans, il a marqué l’histoire de la ligue par ses performances tout au long de l’année, et ce, malgré une saison de misère l’an dernier.
  • Finalement, Claude Julien (malgré que je n’aie jamais été un fan) a su mené son équipe aux grands honneurs de belle façon. La force de caractère démontrée par l’équipe ce printemps passe indéniablement par lui et en finale, il a su gérer son banc de manière à causer bien des maux de tête à Alain Vigneault.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11