Sous la loupe cette saison

Jaromir Jagr réussira-t-il à performer sans sa coupe Longueil?

Jaromir Jagr réussira-t-il à performer sans sa coupe Longueuil?

Les camps d’entraînement s’ouvrent et le mois d’octobre approche, c’est signe que la nouvelle saison de la LNH approche à grand pas. En prévision de cette autre saison de hockey qui s’annonce enlevante, SDR dresse la liste des 10 joueurs à surveiller de près cette saison. Quelques recrues, des joueurs qui ont changé de camp cet été, deux revenants de l’Europe et un futur joueur autonome qui sera largement convoité…

 

Erik Gudbranson, Panthers de la Floride
Les Panthers sont en développement malgré les impressions qu’ils laissent miroiter en ajoutant plusieurs vétérans à la formation. Une partie de leur développement à la défense passe par le russe Dimitri Kulikov, qui en sera à une troisième saison, et par le franco-ontarien Erik Gudbranson, qui goûtera à la LNH pour la première fois cet automne. On dit de Gudbranson qu’il a été surévalué par les dépisteurs qui en faisait un espoir de premier plan en juin 2010. À ce repêchage, les Panthers l’ont sélectionné au troisième rang. Il sera intéressant de voir comment il réagira à sa première saison, et de voir comment l’ensemble de son équipe saura s’unir après cette tornade de changements survenue cet été à Sunrise.

 

Dany Heatley, Wild du Minnesota
Heatley a changé d’équipe pour la troisième fois de sa carrière cet été, à la grande surprise de plusieurs. Le Wild croit avoir enfin trouvé l’ailier qui manque depuis le départ de Marian Gaborik, celui qui permettra au capitaine Mikko Koivu de s’épanouir encore plus offensivement. Heatley produit généralement de bons chiffres, mais il n’est pas un joueur extraordinaire. Bien entouré à San Jose et à Ottawa précédemment, comment réagira-t-il avec une formation nettement moins nantie au Minnesota?

 

Jaromir Jagr, Flyers de Philadelphie
La saga Jagr aura été relativement courte, mais intense cet été. Les rumeurs l’ont envoyé avec les Rangers, le Canadien, les Oilers, les Red Wings et les Penguins, mais c’est finalement avec les Flyers que Jagr fera son retour dans la LNH, à la grande surprise de tous. Certains le disent fini, d’autres croient qu’il sera encore dominant, sans être une supervedette. Ayant un contrat d’un an en poche, Jagr devra prouver sa valeur à nouveau dans la LNH s’il veut poursuivre son aventure.

 

Gabriel Landeskog, Avalanche du Colorado
Landeskog était, selon les dépisteurs de la centrale de recrutement de la LNH, le joueur admissible au repêchage de juin dernier le plus près de la LNH. Nous aurons l’occasion de constater cet élément dès octobre, alors que sa place avec l’Avalanche semble presque assurée. Fort et rapide, l’ailier suédois semble bâti pour le jeu nord-américain et l’Avalanche a justement besoin d’aide sur les ailes pour entourer leurs centres étoiles Matt Duchene et Paul Stastny.

 

Adam Larsson, Devils du New Jersey
Le dernier défenseur de ce talent repêché par les Devils s’appelait Scott Niedermayer et cela date de 1991. La défensive des Devils était pleine de trous l’an dernier et l’ajout d’un défenseur aussi prometteur permettra à Martin Brodeur de souffler un peu plus dans son demi cercle lorsque les siens seront en possession de la rondelle dans la zone défensive. Larsson joue avec les professionnels suédois depuis déjà deux saisons et il est plus que prêt pour la LNH. Comment sera-t-il utilisé par les Devils, eux qui avaient Andy Greene comme défenseur numéro un l’hiver dernier?

 

Evgeni Nabokov, Islanders de New York
Un ménage à trois se dessine dans le cercle des gardiens de Long Island, alors que le russe Evgeni Nabokov a décidé de se rapporter au camp des Islanders, qui prévoyaient y aller avec le duo de gardiens américains formé de Rick DiPietro et d’Al Montoya. Nabokov a été absent du jeu compétitif depuis plusieurs mois et il ne rajeunit pas. Il sera intéressant de voir comment il réagira derrière les joueurs des Islanders, un groupe nettement inférieur à celui qu’il a connu à San Jose au cours de la dernière décennie. Peut-être pourrait-il devenir une bonne monnaie d’échange s’il connaît un bon début de saison. C’est à suivre.

 

Mike Richards, Kings de Los Angeles et Jeff Carter, Blue Jackets de Colombus
Les deux centres vedettes sont dans la même catégorie. Tous deux échangés par les Flyers au cours de l’été, ils se retrouvent encore dans des rôles de premier plan pour des équipes qui aspirent à des ambitions différentes. Les Blue Jackets visent un retour aux séries éliminatoires, alors que les Kings tentent d’accéder à la prochaine étape, eux qui ont fait les séries les deux derniers printemps, sans toutefois remporter de ronde. Les deux joueurs seront autant sous la loupe que les jeunes joueurs reçus par les Flyers en retour de leurs services. S’ils ne s’adaptent pas rapidement à leur nouvel environnement, le DG des Flyers Paul Holmgren passera pour un génie.

 

Maxime Talbot, Flyers de Philadelphie
Il est rare de voir un joueur de quatrième trio obtenir un contrat aussi généreux. Maxime Talbot devra maintenant livrer la marchandise pour les Flyers, jadis son ennemi juré alors qu’il endossait l’uniforme des voisins de la Pennsylvanie, les Penguins. Talbot se retrouve plus loin dans la hiérarchie des attaquants des Flyers en comparaison avec son rôle avec les Penguins, qui l’employait à l’occasion sur le deuxième trio. Talbot est un joueur avec beaucoup de coeur et d’énergie, mais méritait-il vraiment un contrat de cinq ans et une telle sécurité d’emploi et financière?

 

Shea Weber, Predators de Nashville
Weber et les Predators sont passés par le difficile protocole d’arbitrage salarial cet été, une démarche qui laisse habituellement des traces et ce, même lorsque c’est le joueur qui l’emporte, comme ce fut le cas avec Weber. Maintenant joueur autonome sans compensation l’été prochain, toutes sortes de rumeurs seront alimentées au cours de l’hiver à son sujet. Est-ce que lui et les Predators négocieront un nouveau contrat en cours de saison? Sera-t-il échangé avant la date limite des transactions si les Predators devaient connaître un début de saison ordinaire? Ce genre de situation nuit habituellement à la concentration du joueur et quand il s’agit du capitaine de l’équipe, personne n’en tire avantage. Un dossier chaud, très chaud, au Tennessee cet hiver!

 

James Wisniewski, Blue Jackets de Columbus
Wisniewski a profité de son court passage à Montréal pour se placer sous les projecteurs et attirer l’attention. Son excellent rendement offensif et sa fiche positive en défensive lui ont permis de décrocher le gros lot dans l’Ohio en signant un contrat de 33 millions pour six saisons que tous les observateurs, ou presque, trouvent trop généreux. Wisniewski est un défenseur offensif qui possède de belles qualités, il lui reste maintenant qu’à prouver que sa grosse saison 2010-11, sa seule réellement productive et complète dans la LNH, n’était pas un accident de parcours, sans quoi, son DG Scott Howson fera bien rire de lui, et le beau James aussi…

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11