Le trio Desharnais – Pacioretty – Kostitsyn doit rester intact

Durant la dernière émission de Dedans la ruelle, L’Artiste mentionnait qu’avec le bon nombre de blessés en défensive, l’attaque de l’équipe devait prendre les bouchées doubles, et ce, malgré la blessure de Mike Cammalleri.

J’étais d’accord avec cette idée, sans toutefois être convaincu que Jacques Martin utilisait la meilleur stratégie en persistant d’essayer de former trois trios offensifs. Lars Eller sur la première unité après seulement quelques minutes de jeu depuis le début de la saison, pas sûr! Cependant, je jubilait à l’idée de voir réunis Desharnais et Pacioretty. En plus, je crois que ce duo pourrait nous faire voir de beaux flashs de AK46 s’ils continuent d’évoluer sur la même unité.

 

Mieux pour Pacioretty
Je crois qu’en réunissant Desharnais et Max Pac, les deux joueurs bénéficieront l’un de l’autre. Pacioretty avait mentionné que Desharnais était « le meilleur joueur de centre avec qui il avait joué » quand le petit attaquant avait été rappelé la saison dernière. Desharnais apprécie également beaucoup avoir Pacioretty à sa gauche. Les deux démontrent le même genre d’énergie lorsqu’ils sont sur la glace et génère plusieurs chances de marquer en étant plus souvent qu’autrement dans la zone adverse.

Je crois que leur style de jeu complémentaire leur permet de s’épanouir davantage lorsqu’ils jouent ensemble. Pas qu’ils ne soient pas capable d’évoluer efficacement avec d’autres joueurs, mais il y a de ses chimies qui se créent rapidement entre des joueurs et Martin ne doit pas cesser d’exploiter celle entre ces deux jeunes. En évoluant avec Gomez et Gionta, Pacioretty devenait le complément du duo de vétérans Américains. Bien que rapide et souvent bien positionné, le style de jeu que doit préconiser Max Pac sur ce trio est moins créatif, il doit plus se diriger au filet pour souvent essayer de récupérer les tirs au but de Gionta.

Lorsque jumelé à Desharnais, l’instinct offensif du #67 est suscité davantage car il sait très bien que dès que Desharnais prend possession de la rondelle, ce dernier le cherchera sur la glace et pourra lui refiler la rondelle à n’importe quel moment.

Pacioretty a marqué son but en prenant son propre retour de lancer hier. - nhl.com

 

Kostitsyn suivra le bal
C’est bien connu, à quelques reprises durant la saison, Andrei Kostitsyn tombe dans une période de dormance et n’exploite pas tout le potentiel qu’il possède. Après un excellent début de saison il y a un an, les partisans s’attendaient à une grosse saison de sa part, mais le retour du pendule était inévitable et le gros Biélorusse a connu une saison fidèle à ses habitudes.

Kostitsyn est, selon moi, l’attaquant du CH possèdant les plus belles qualités. Il possède probablement le meilleur tir des poignets de l’équipe, peut être très rapide lorsqu’il en a envie, et peut appliquer des mises en échec solides à n’importe quel joueur de la ligue. Malheureusement, le manque d’ardeur et de constance viennent atténuer trop souvent ses performances.

Durant les deux dernières campagnes, il évoluait généralement avec Plekanec et Cammalleri. Plekanec une machine de travail était un bon exemple à suivre pour Kostitsyn. Cammalleri, cependant, est davantage un joueur effacé qui saisi une opportunité à un moment donné pour utiliser son lancer précis, rien pour réveiller AK46.

Avec Desharnais et Pacioretty, je crois que ce pourrait être différent. Le jeu risque de passer plus par les deux jeunes et Kostitsyn deviendrait le complément, un peu comme Pacioretty l’est avec Gomez et Gionta. De plus, avec l’énergie que les deux autres démontrent, les risques qu’André Constantin s’endorme sont moins élevés. L’intensité est toujours présente en zone adverse avec les deux jeunes et le gros 46 risque d’être emporté dans la tornade et de se mettre à jouer avec plus d’ardeur, en utilisant toutes ses qualités offensives.

 

Martin doit continuer ce qu’il a amorcé hier
David Desharnais et Max Pacioretty ont été les deux attaquants les plus utilisé hier par Jacques Martin. Le but de Desharnais, deuxième du trio à cinq contre cinq a été marqué tout juste après le but égalisateur de Brian Gionta. Non seulement Martin les a utilisé fréquemment, mais il comptait sur leur énergie pour dicter l’allure du match.

Malheureusement, ce ne fut pas suffisant pour procurer la 100e victoire de Carey Price dans la ligue nationale, mais je crois qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer en ce début de saison malgré une fiche de 1-2-1.

 

Tout un jeu
Je ne peux conclure ce billet sans mentionné à quel point j’ai apprécier regarder le but marqué par Desharnais en troisième période hier. Alors que la foule était encore en train de festoyer le but égalisateur, Kostitsyn a réalisé une très belle passe entre ses jambes, à l’aveuglette, en direction de Pacioretty qui a dirigé un tir-passe vers l’embouchure du filet où Desharnais se dirigeait. Le petit attaquant n’a eu qu’à enfiler l’aiguille pour marquer. S’en est suivi une accolade où le toujours souriant Kostitsyn y est allé de son plus beau sourire. Un beau moment !

 

Tout au long de la soirée, le petit attaquant n'était jamais trop loin du traffic, devant le filet, et ça a payé ! - nhl.com

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11