Profiter de sa deuxième chance

La vedette des Cards, Albert Pujols, devient joueur autonome au terme de la présente saison et les fans de St-Louis ne sont pas prêts de le laisser partir - nydailynews.com

Il est particulièrement buy magic gathering singles difficile pour une équipe du baseball majeur d’accéder aux séries éliminatoires. C’est encore plus difficile d’accéder à la Série mondiale deux saisons http://theundertakersmother.com/live-mallory-square-webcams-mef0/ consécutives. C’est ce que viennent d’accomplir les Rangers du Texas. Malheureux perdants l’automne dernier face aux Giants de San Francisco, les Rangers ont tout intérêt à profiter de cette seconde chance, car les occasions pourraient être free sex comics online rares dans les prochaines années dans ce sport où le roulement des équipes en séries est assez constant, si l’on fait exception des Yankees, Phillies et Red Sox, qui semblent faire les séries éliminatoires quatre saisons sur cinq.

Ils affrontent en finale les surprenants Cardinals de St-Louis, qui semblaient sur la voie de l’élimination au début du mois de septembre. Leur improbable remontée pour déloger les Braves d’Atlanta au sommet de la course du meilleur deuxième leur a donné le momentum nécessaire pour renverser les Phillies, favoris dans la Nationale, et les Brewers de Milwaukee lors des deux premières rondes.

On attendait un spectacle de cogneurs lors des premiers matchs de la Série mondiale avec les Albert Pujols, Matt Holliday, Lance Berkman, Nelson Cruz, Josh Hamilton et autres Michael Young dans les alignements des deux équipes. Cependant, lors des deux premiers matchs à St-Louis, on a plutôt eu droit à de bons http://triangleofthesoul.com/p3-i-need-a-dating-site/ duels de bras, autant chez les partants que du côté des releveurs. Les Cards ont enlevé le premier match 3-2 alors que les Rangers ont créé l’égalité jeudi soir par la marque de 2 à 1. La série s’est transportée hier à Arlington, au Texas, pour les matchs #3, #4 et #5. On a finalement eu droit au spectacle auquel on s’attendait avec un match de 23 points hier, alors que les Cards ont pris les devants 2-1 dans la série grâce à une victoire de 16-7. Albert Pujols, que plusieurs considèrent comme le meilleur frappeur des majeures, y est allé de trois circuits pour égaler la marque des légendes Babe Ruth et Reggie Jackson lors d’un match de la Série mondiale. Les Cardinals profitaient de l’avantage du terrain en Série mondiale étant donné la victoire de la ligue Nationale lors du match des étoiles de juillet dernier.


Retour sur les séries de championnat

Petit retour rapide des séries de championnat dans les deux ligues. D’abord, dans la Nationale, les Brewers partaient favoris pour l’emporter contre les Cards. Les Brewers sont durs à battre au Miller Park et profitaient d’une équipe que l’on croyait plus détendue, eux qui ne jouent pas du baseball de survie depuis plusieurs semaines. Mais les Fielder, Braun et Weeks n’ont pas produit au bâton comme on s’y attendait, malgré les beaux efforts de Ryan Braun. Il a frappé pour la moyenne, certes, mais on s’attend à davantage de son troisième frappeur. Là où ça été plus difficile pour les Brewers, c’est au monticule. Durant la saison morte, les Brewers ont payé le gros prix pour aller chercher Zack Greinke, gagnant du trophée Cy-Young dans la ligue Américaine en 2009 avec les Royals de Kansas City, et Shaun Marcum, un lanceur fiable qui évoluait avec les Jays de Toronto. Joueurs envoyés pour l’obtention de ces deux partants: les prometteurs Lorenzo Cain, Alcides Escobar et, surtout, Brett Lawrie, qui va devenir une vedette et un favori de la foule à Toronto.

En séries, ces lanceurs n’ont pas livré la marchandise, pas plus que le lanceur étoile Yovany Gallardo. Le lanceur ayant offert le meilleur départ fut le vétéran en fin de carrière Randy Wolf. Disons que ça ne va pas très bien. Du côté des Cards, le gérant Tony La Russa a géré son personnel de lanceur tel un maître stratège. Ses partants ont été efficaces et ses releveurs l’ont été encore plus. Ajoutons à cela la productivité du roi Albert Pujols, et cela devenait difficile pour les Brewers. Ceux-ci se sont inclinés en six parties.

Dans la ligue Américaine, les Tigers de Detroit avaient probablement atteint leur apogée en renversant les Yankees en première ronde des séries. Largement négligés face aux puissants Rangers du Texas, ils n’ont pas vraiment été dans le coup. Pour espérer l’emporter, il aurait fallu que freechristian singles oregon les Tigers puissent envoyer leur as partant Justin Verlander au monticule à chaque match ou, plus raisonnablement, durant trois parties. Or, le premier départ de Verlander a été perturbé par la pluie et cela a avantagé les Rangers. Nelson Cruz, le voltigeur de droite des Rangers, a frappé six circuits en autant de match, et il s’est occupé des Tigers à lui seul, multipliant les coups sûrs et les circuits opportuns. La relève des Rangers a également eu son mot à dire dans la victoire, étant très efficace et ne concédant presque rien aux frappeurs des Tigers. Les Rangers l’ont emporté en six parties.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11