Wenger, le choix sécuritaire

Andrew Wenger (au centre), le premier choix de l'histoire de l'Impact en MLS. - Photo: impactmontreal.com

Hier, l’Impact a fait de Andrew Wenger le premier choix de son histoire en MLS. Le joueur de l’université Duke s’amène à Montréal avec un CV plutôt rempli pour un jeune homme de 21 ans.

Sélectionné pour le camp d’entraînement de l’équipe américaine en vue des prochains Jeux Olympiques, Wenger a aussi raflé des honneurs personnels à chaque stade de son parcours. Après avoir été recruté comme milieu de terrain, Wenger a été transféré à la défense pour sa saison recrue à Duke. Loin d’être perturbé par le changement, le joueur de six pieds, 185 livres a été nommé recrue de l’année dans l’ACC. La saison suivante? Joueur défensif de l’année. Comme si ce n’était pas suffisant, son entraineur John Kerr a muté Wenger au poste d’attaquant pour sa troisième saison chez les Blue Devils après avoir constaté une pénurie d’avants dans son équipe. Le résultat? 17 buts, 8 passes décisives, le titre de joueur offensif de l’année dans l’ACC et surtout, le Trophée Hermann décerné au joueur de l’année dans les rangs universitaires américains.

Si vous suivez mes articles, vous vous rappellerez que j’avais choisi Darren Mattocks comme mon choix idéal pour le onze montréalais. Je n’ai toujours pas changé d’opinion, cependant je suis tout à fait d’accord avec la décision de Jesse Marsch et compagnie. L’option Mattocks était attirante car le joueur possède des capacités physiques exceptionnelles et un flair devant le but adverse. Cependant, après avoir entendu Marsch dire qu’il était à la recherche de joueurs ayant du leadership et une attitude qui cadre avec l’équipe, il est clair que Mattocks n’était pas le choix idéal pour l’Impact. En plus des rumeurs qui l’envoient déjà en Europe, Mattocks ne possède pas les capacités de leader de Wenger. De plus, bien qu’il soit un joueur avec une bonne vision, l’attaquant ne peut rivaliser avec l’intelligence tactique du premier choix de l’Impact. Wenger se voulait donc être le choix sécuritaire pour Montréal, un choix sécuritaire néanmoins bourré de talent.

Ceci étant dit, les supporters de l’Impact devront être patients avec Wenger. Ils devront faire fi des statistiques probablement supérieures de Mattocks la saison prochaine. Les fans vont devoir assimiler qu’au soccer plus que dans tout autre sport, les statistiques ne sont pas un indicateur précis des performances d’un joueur. De par sa polyvalence, Wenger va apporter une stabilité à l’Impact qui va lui faire un grand bien pour les années à venir.

Marsch et Nick De Santis n’ont pas voulu spécifier lors du SuperDraft à quelle position ils désirent voir Wenger jouer. Cependant, l’entraîneur de l’Impact a affirmé que Wenger ne serait probablement pas un joueur du onze de départ lors du début de la saison. Selon moi, la stratégie de Marsch sera probablement d’insérer Wenger à différents postes pour évaluer son apport à l’équipe à chaque position. La recrue devrait donc être confiné à un poste de remplaçant pour l’ouverture de la saison, une situation qui pourrait vite changer au gré des performances de l’équipe et de Wenger.

En terminant, un petit mot sur Calum Mallace, le choix de deuxième ronde de l’Impact hier. Pour être honnête avec vous, je ne le connais pas et nous le découvrirons donc ensemble! Ce que je peux vous dire pour l’instant, c’est que Mallace est un milieu défensif d’origine écossaise de 6’2 qui évolue à l’université Marquette. Selon le légendaire Alexi Lalas, qui œuvre maintenant au réseau ESPN, Mallace était au sommet de toutes les listes au niveau des milieux défensifs. De plus, il a été nommé milieu de terrain de l’année dans la conférence Big East de la NCAA en 2011. Il pourrait donc s’agir d’un très bon coup pour Montréal!

Les choses bougent vite et le SuperDraft laisse maintenant place au camp d’entraînement qui s’ouvre lundi prochain au Complexe Sportif Marie-Victorin après la traditionnelle journée d’évaluations physiques qui se tiendra dimanche. L’Impact devrait alors compter sur une équipe quasi-complète, à laquelle il ne manque qu’un attaquant qui, espérons-le, sera un joueur de qualité. De plus, Brian Ching pourrait aussi vite retourner à Houston. Les prochaines semaines promettent pour le onze montréalais et il ne devrait pas manquer d’action alors que nous approchons rapidement le début de la saison!

 
Le moment tant attendu

 
Entrevue avec ESPN

 
Les commentaires de Wenger, De Santis et Marsch


 

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11