Prévisibles Canucks

Les Kings sont sur le point d'envoyer les Canucks en vacances.

Plusieurs sont surpris de voir les Canucks de Vancouver autant en arracher depuis le début de leur série qui les opposent aux Kings de Los Angeles. Je devrais moi-même être le premier surpris, ayant prédit que les Canucks allaient envoyer les Kings en vacances au terme de six parties dans les prédictions parues la semaine dernière sur Sports de Ruelle. Mais la réalité, c’est que nous ne voyons pas jouer les Canucks souvent à Montréal. Outre les deux parties durant lesquelles le Canadien et les Canucks s’affrontent, on peut voir quelques matchs à 22h le samedi à CBC, mais sans plus. J’ai regardé attentivement les trois premières rencontres de la série et je peux dire que je regrette vraiment de ne pas avoir vu venir la surprise plus tôt.

C’est simple, les Canucks frappent carrément leur « Waterloo » dans cette série, et voici pourquoi.

Revenons quelques mois en arrière, au mois de juin 2011. Les Bruins de Boston et les Canucks se disputent férocement la coupe Stanley en finale, une finale que les Bruins ont remporté en sept rencontres. Même si ce fut serré jusqu’à la fin, les Bruins ont dominé le jeu plus souvent qu’autrement. La raison? Leur présence physique nettement plus sentie que celle des Canucks, qui avaient du mal à s’ajuster à ce jeu rude, à commencer par les deux vedettes offensives de l’équipe, les jumeaux Sedin, qui n’ont rien fait de bon en finale. En fait, n’eut été du brio de Roberto Luongo, qui a volé trois parties aux Bruins (dont deux avec des jeux blancs de 1-0), les Canucks auraient peut-être perdu en quatre rencontres.

Les Canucks ont tenté de corriger le tir durant l’été et en saison régulière, en faisant l’acquisition des robustes Byron Bitz, Dale Weise et Zack Kassian pour animer les deux derniers trios, mais rien n’a changé sur les premiers trios, de sorte que les Canucks sont, encore une fois, dominés par des Kings qui frappent tout ce qui bouge et qui remportent presque toutes les batailles le long des rampes. En plus, le meilleur ailier de l’équipe, Daniel Sedin, est absent du jeu. Les Canucks ne semblent avoir aucune profondeur. Les Weise, Lapierre, Bitz, Rome et Tanev sont des joueurs à peine assez bons pour évoluer dans la LNH et les pierres angulaires que sont les Kesler, Edler, Burrows et H.Sedin ne s’imposent pas. Heureusement que les gardiens Luongo et Cory Schneider ont été performants dans les trois premières parties et qu’ils ont au moins donné une chance à l’équipe de gagner.

Je ne serais pas surpris que les Kings achèvent les Canucks en quatre parties. Les Kings déploient une attaque bien équilibrée et une défensive solide et leurs joueurs pratiquent le style de jeu qui a sourit aux Bruins l’an dernier et aux Ducks en 2007, entre autres. Et que dire du gardien Jonathan Quick, peut-être le meilleur de sa profession en saison régulière. Il a disputé 27 matchs durant lesquels il a alloué un but ou moins cette saison, incluant 10 jeux blancs. Wow!

Est-ce que les vainqueurs du trophée des Présidents seront éliminés en première ronde, une première depuis que le Canadien a éliminé les Capitals de Washington en 2010? C’est possible. Mais regardez la valeur des champions de la saison régulière dans les deux cas : les Canucks, tout comme les Capitals il y a deux ans, évoluent dans la pire division de la LNH, et 24 de leur 82 parties étaient contre des formations exclues des séries (Wild, Avalanche, Flames et Oilers). Vancouver est la seule formation active en séries qui est l’unique représentant de sa division. Ça veut tout dire.

Ils rejoindront leurs confrères sur les terrains de golf et aux championnats du monde sous peu.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11