TOP 10: Les points positifs de la saison 2011-12 du Canadien de Montréal

Bon c’est l’heure des bilans, alors que mon fidèle camarade Lenine s’est donné à cœur joie avec les bilans de l’association Est et Ouest de la LNH. À moi, L’Artiste de vous livrer de mon œil d’irréductible optimiste le bilan non exhaustif de la saison du CH. J’ai dû creuser fort dans mon imaginaire pour essayer de virer ça à l’envers et vous livrer les points positifs de la pire saison de l’histoire des glorieux…

 

 

10. Gill et Spacek
Quoiqu’on avait commencé à s’attacher aux dinosaures de la ligne bleue, on les voyait mal rester avec le CH au-delà de la saison. Bon on a perdu Spacek contre Kaberle, mais peut-être qui va se dégêner — lire ici, dérougir — et afficher un peu plus de constance prochaine saison.

9. On a enfin un trio stable
Le trio Cole-Desharnais-Pacioretty a été sans équivoque le trio numéro 1 du CH cette saison. Quoiqu’il s’agirait plutôt d’un trio de deuxième plan chez une équipe du calibre des Wings, un peu de stabilité ça fait toujours du bien. Les trois joueurs ont fini comme meilleurs pointeurs de l’équipe. Chez SDR, on avait vraiment foi en Cole puisqu’il portait déjà un nom de champion. Mais là, le gros bonhomme nous démontre qu’on a enfin un powar-fowar sur lequel on peut compter.

8. Price de Nice
C’était un bon gag.

7. Pas de CH en séries, plus d’attention médiatique pour la grève étudiante
Avouez que si le Canadien était en séries, le discours étudiant aurait été étouffé par le bleu-blanc-rouge dans les médias. Quoi que j’aurai bien aimé partager de nombreuses Cervezas avec les potes de l’équipe à voir nos glorieux se faire sortir en 4 matchs, je suis bien heureux de voir autant de jeunes (et moins jeunes) se mobiliser pour des enjeux politiques cruciaux. Que vous portiez un carré vert, rouge ou jaune (wtf Martineau?), le débat mérite d’être entendu et pas de tricolore dans les tribunes, plus de débats politiques dans les journaux.

6. Pu d’André K, pu de distraction
Bien que plusieurs d’entre eux avaient fait la paix avec la notion qu’il ne compterait jamais 30 buts par année, les fans du CH étaient divisés sur le cas de Kostitsyn. On condamnait son manque d’énergie et d’implication. Même s’il avait fait un plaidoyer pour rester dedans le Tricolore, Geoff l’a envoyé rejoindre son cadet à Nashville, pays des cowboys. Il avait déjà l’habitude de chiquer et de cracher au sol — comme le témoigne le travail journalistique du camarade Coach — alors force est de croire qu’il devrait s’y faire.

5. Le fait français chez le CH suscite encore les émotions
Le charismatique Jacques Martin a été congédié et Pierre Gauthier engage Cunneyworth à sa place. Oups, y parle aussi bien français que Koivu. Grosse tôlée dans les médias. Réjean Tremblay était pas content, moi non plus d’ailleurs. On n’a au moins ça en commun. La bedaine et les cheveux blancs… j’travaille là-dessus. Pas grave que l’équipe soit québecoise ou non qui disaient. Tant qu’on ait les meilleurs aux postes qui disaient…

Finir dernier au classement de l’Est, c’est vraiment une bonne nouvelle. Ça pourrait difficilement être pire l’an prochain…

4. S’élever ensemble
C’était le slogan de la campagne publicitaire 2011-12 du Canadien. C’était un autre très bon gag.

3. Markov est de retour
Fini les spéculations, après plusieurs fausses alertes le général est de retour. On peut donc se concentrer sur autre chose. À moins qui se blesse encore. Ça serait dull. L’équipe d’SDR tient également à lever son chapeau à l’équipe médicale du CH. La clinique a été occupée c’t’année. Si on additionne la somme de matchs ratés par les joueurs du Tricolore, 410 matchs ont été ratés au total. En 2000-2001, on s’était rendu à ni plus ni moins 531 absences. Mr. Mulder si tu cherches du monde pour garnir ton équipe l’an prochain, on te suggère Le Pharaon, notre thérapeute maison.

2. Patrick Roy, futur entraîneur chef du Tricolore
Bon, ce sera peut-être pas pour tout suite, mais c’est certain que tôt ou tard le père de Jonathan va finir derrière le banc du Tricolore. À moins d’un revirement de situation inusité, tout pointe pour que Patrick Roy soit le prochain entraîneur du CH à court terme. Quoi qu’on en dise, ce serait quand même nice.

1. Gomez, un rendez-vous historique
Scott Gomez et son faramineux salaire annuel moyen de 7,5 millions nous ont fait vivre bien des émotions. Un an sans but, qui l’aurait cru.

ex aequo avec

1. Pierre Gauthier est out
Excellent.


En rafale. Brad Staubitz, son nom, c’t’au boute. David Desharnais a sauvé l’honneur de mon pool et Brian Gionta… poursuit sa quête de leadership.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11