Historique des DG du CH : 1909 à 1935

Marc Bergevin, nommé 17e DG de la grande histoire du CH. Qui sont ceux qui l’ont précédé lors des 103 dernières années? Sports de ruelle vous offre les grandes lignes et les faits majeurs de leurs règnes avec le Tricolore. Certains ont eu de meilleurs résultats que l’on pourrait croire…

 

JEAN-BAPTISTE “JACK” LAVIOLETTE ET JOE CATTARININCH – DG DURANT LA SAISON 1909-1910

Les faits 

Jack Laviolette - Canadien.com

Jack Laviolette - Canadien.com

- Ce sont les deux véritables pionniers de l’équipe que l’on connait maintenant. Le premier avait eu comme mission de former une équipe de hockey dans les délais d’un mois. Ce qu’il fit.

Laviolette avait initialement eu la demande d’être le DG, pour finalement céder son poste en milieu de saison à Cattarinich. Il faut dire que « Jack » occupait aussi le poste de capitaine, entraîneur et défenseur. Il jouait aussi à l’occasion à l’aile droite et remplaça aussi le gardien Pat Larochelle pendant la joute du 11 mars 1910.

Bon coup! 

- Si nous pouvons attribuer l’embauche des deux premières vedettes du CH, Didier Pitre et Newsy Lalonde, au travail de Laviolette, l’apport de Cattarinich n’est pas à négliger. Pendant une rencontre hors-concours contre les Saguenéens de Chicoutimi, Cattarinich lui-même gardien de but, remarque un certain Georges Vézina devant la cage adverse. Il suggère ainsi à son propriétaire de lui offrir un contrat.

GEORGE KENNEDY – DG DE 1910 À 1921

Gagne une Coupe Stanley en 1916.

Les faits!

- À la base, Kennedy était un lutteur. Il était un des meilleurs au Canada. Cependant, sa famille désapprouvait ce qui le force à se lancer en affaires. Il fait partie du premier groupe de propriétaires du Canadien.

Bon coup!

- La signature du célèbre Joe Malone en 1917 est sans contredit un des bons coups de Kennedy.

Newsy Lalonde - Cyberpresse.ca

Newsy Lalonde - Cyberpresse.ca

- Malgré tous les problèmes que Newsy Lalonde semblait lui générer, Kennedy aura tout de même réussi à garder le joueur étoile avec l’équipe pendant 14 ans.

Mauvaise Idée!

- On ne semblait vraiment pas savoir sur quel pied danser avec Newsy Lalonde. En 1914, Kennedy lui impose une amende de 100 $ par semaine parce que celui-ci, mécontent de son salaire, refuse de se présenter sur la glace avec le club. Kennedy, voyant cependant le CH offrir de piètres performances et perdre quatre matchs de suite, conclut une entente secrète avec Lalonde. Ce dernier revient alors au jeu, mais pas pour très longtemps. Deux semaines plus tard, Kennedy suspend son joueur vedette pour le reste de la saison trouvant que ce dernier se traîne les pieds.

LÉO DANDURAND – DG DE 1921 À 1935

Gagne quatre coupes Stanley en 1924, 1926, 1930 et 1931.

Les faits!

La grippe espagnole s’attaque à Kennedy qui en décède. L’équipe est mise en vente et un trio formé de Léo Dandurand, Joe Cattarninich et Louis Létourneau en fait l’acquisition pour 10 000 $ ou 11 000 $ selon les sources. Dandurand est le véritable chef d’orchestre de l’équipe, agissant également comme entraîneur pendant quelques années.

Bons coups!

- Novembre 1922. Newsy Lalonde est échangé en retour d’Aurèle Joliat. Au moment de l’échange, Lalonde était considéré comme le meilleur joueur du circuit. À l’opposé, Joliat n’avait rien prouvé et n’était âgé que de 21 ans. On disait de lui qu’il était sujet aux

Howie Morenz

Howie Morenz

blessures avec son petit gabarit (5pi6po, 135lbs).

- En 1923, il réussit à convaincre, non sans difficulté, un certain Howie Morenz de se joindre à l’équipe.

- En 1926, Dandurand fait signer un contrat à George Hainsworth alors que les droits du gardien appartiennent à l’équipe de Toronto. Malgré les protestations, le cerbère jouera avec le Canadien.

- Au début de la saison 1926, le DG du Canadien est l’initiateur du premier système de filiale. Les Hornets de Windsor et les Reds de Providence deviennent ainsi associés au CH.

- Durant la saison 1927-28, Dandurand aura su se tenir debout. Il refuse de vendre Sylvio Mantha, Aurèle Joliat et Howie Morenz à des Américains de NY. Selon certains dires, une somme de 100 000 $ avait été offerte pour Morenz.

Mauvaises Idées!

- Durant les séries de la saison 1922-23, Dandurand suspend son capitaine Sprague Cleghorne ainsi que Billy Coutu suite à une altercation que ces derniers ont eu avec des adversaires sur la glace. Cette décision lui vaudra une élimination des séries.

- Paradoxalement, lors de la rencontre du 22 février 1934, Léo Dandurand, furieux du traitement infligé à ses joueurs par les Maroons, demande des explications à l’arbitre. Il lance alors des bâtons sur la glace pour attirer son attention. Reg Hooley Smith, jouant pour les Maroons, s’interpose. Il n’en faut pas plus pour que Dandurand lui assène un solide coup qui le met KO sur la glace. Le tout dégénère largement et le Canadien perd la rencontre 1-0 et la coupe Kennedy du même coup.

 

Sources : – Les légendes des canadiens – Pierre Bruneau, Léandre Normand – Les éditions de l’homme

- L’édition 100e anniversaire de la glorieuse histoire des Canadiens – Pierre Bruneau, Léandre Normand – Les éditions de l’homme

- Les illustres Canadiens – Collectif – H.B.Fenn

- Canadiens.com

- notrehistoire.canadiens.com

- www.nhl.com

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11