Un petit tour et puis s’en va…

Mike Fucito durant ses quelques minutes avec l'Impact - impactmontreal.com

Mike Fucito, nous n’avons jamais eu la chance de te connaître… ou si peu. L’attaquant, obtenu avec Lamar Neagle en retour d’Eddie Johnson, a été échangé aux Timbers de Portland en retour d’un choix de deuxième ronde au prochain SuperDraft, ou d’un poste de joueur international supplémentaire l’année prochaine, tout dépendant des performances de Fucito.

Fucito avec l’Impact, c’est une vingtaine de minutes comme remplaçant lors du match inaugural contre les Whitecaps. That’s it. Jesse Marsch l’avait annoncé comme un des meilleurs jeunes attaquants en MLS. Si vous avez regardé la série-documentaire «Impact vers la MLS » de TVA Sports, vous avez vu l’excitation de Marsch lorsqu’il apprend que Portland est prêt à donner Fucito ET Neagle en retour de Johnson. Alors, que s’est-il passé pour que Fucito subisse un échec si remarqué à Montréal?

Si on en croit les rumeurs, Fucito n’aurait jamais été heureux d’atterrir à Montréal. Du moins, c’est ce que laisse croire certaines déclarations de l’attaquant au podcast ExtraTime Radio de la MLS. Tout au long de l’entrevue, on sent un Fucito un peu inconfortable par rapport à son passage à Montréal. Il y dit entre autres que le « whole package » n’a jamais été un « fit » pour lui. Il soulève aussi un quelconque problème au niveau de la langue, ce qui me semble complètement ridicule puisque tout se passe en anglais au niveau du groupe pro de l’Impact. Va falloir trouver mieux que ça comme excuse, monsieur Fucito!

Bref, reste-t-il qu’il dommage de voir l’attaquant repartir si vite. L’Impact n’a free online videos rough sex que très peu d’attaquants du niveau de la MLS et il aurait été agréable de voir ce que Fucito a réellement dans le ventre. Cependant, si le joueur n’a pas la force mentale d’accepter un échange à Montréal, pour quelque raison que ce soit, vaut mieux qu’il n’y soit pas.

Depuis l’arrivée de l’équipe en MLS, Marsch et Nick De Santis font de leur mieux pour avoir un groupe soudé où les égos sont mis de coté. La situation ne plait peut-être pas à tout le monde, la principale victime de ce http://atlanticimpact.org/kftw-singles-looking-for-sex-in-kansas/ régime d’égalité étant Patrice Bernier. Mais Bernier travaille fort, et il mange ses croutes dans son coin. Il a été vu aujourd’hui discuter longuement avec le coach après l’entraînement. Pour combien de temps encore tolerera-t-il d’être mis de coté? Dur à dire, mais il en reste que Marsch mène son équipe avec une main de fer et les joueurs semblent suivre. Ceux qui ne suivent pas, les dissidents, sont rapidement envoyés sous d’autres cieux.

Si tout n’est pas rose pour l’Impact, l’équipe devrait prendre du mieux dans un futur rapproché alors que Nelson Rivas fera finalement ses débuts avec le onze montréalais dans les prochaines semaines. Son rétablissement est tel qu’il a participé à une partie hors-concours dimanche. Ça fera un bien fou à l’équipe si Rivas peut avoir le même genre d’impact que Matteo Ferrari à court terme. Cependant, ce sera dommage pour Shavar http://skepticcash.com/95i-1800s-expression-for-dating Thomas, qui a su prendre sa place dans la charnière centrale avec Ferrari. Par contre, comme mentionné plus haut, si Rivas ne fait pas le travail, on peut s’attendre à revoir Thomas très rapidement.

Sur ce, rendez-vous au stade pour les prochains matchs de l’Impact! Continuez à acheter des billets, il est important que les gens établissent une tradition par rapport aux rencontres à domicile. C’est bien beau d’aller au premier match, mais l’important, c’est de continuer à y aller par la suite. Le Québec est un endroit où les gens sont très portés vers les « happenings ». Moins sur la constance, et là est le problème. On est passés de 58 000 pour le premier match contre Chicago à 23 000 contre Toronto et 19 000 contre Portland samedi dernier. Ce n’est pas mal, et ça serait plutôt satisfaisant dans un Stade Saputo aux proportions plus raisonnables, mais au Stade Olympique, ça fait beaucoup, beaucoup de sièges vides. Bref, allez aux matchs, faites du bruit avec les Ultras, vous ne le regretterez pas!

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11