Des agents libres avec restrictions intéressants

Est-ce que Shea Weber s'entendra à long terme avec les Prédateurs?

Est-ce que Shea Weber s'entendra à long terme avec les Prédateurs?

En plus de la chasse aux joueurs autonomes sans restrictions qui s’ouvre dimanche midi, la très peu souvent courue chasse aux joueurs autonomes avec restrictions démarre également en fin de semaine. Rapide coup d’œil sur les joueurs les plus intéressants qui seront disponibles.

 

Avant toute chose, un rappel des compensations qui doivent être expédiées à l’équipe d’origine du joueur signé, si celle-ci refuse d’égaler l’offre hostile (offer sheet).

 

Un contrat d’une valeur de 1 034 249 millions de dollars sur la masse salariale ou moins : Aucune compensation

Entre 1 034 249$ et 1 567 043$ : Un choix de 3e ronde

Entre 1 567 043 et 3 134 088$ : Un choix de 2e ronde

Entre 3 134 088$ et 4 701 131$ : Des choix de 1ere et 3e ronde

Entre 4 709 131$ et 6 268 175$ : Des choix de 1ere , 2e et 3e ronde

Entre 6 268 175$ et 7 835 219$ : Deux choix de 1ere ronde et des choix de 2e et 3e ronde

7 835 219$ et plus : Quatre choix de 1ere ronde

 

Tous les choix offerts doivent être ceux d’origine de l’équipe qui fait l’offre de contrat. Lorsque plusieurs choix d’une même ronde doivent être envoyés à titre de compensation, les choix des années subséquentes sont considérés. En aucun cas, les choix d’une autre équipe (préalablement acquis) peuvent servir à titre d’une compensation.

 

Carey Price

Sans aucun doute le meilleur gardien disponible dans ce groupe de joueurs autonomes, Price est devenu, au cours des deux dernières saisons, le joueur de concession que le Canadien croyait qu’il deviendrait lorsqu’ils en ont fait le 5e choix au total en 2005. Même si sa dernière campagne a été moins spectaculaire que la saison 2010-11 au chapitre des statistiques, Price a quand même su faire preuve de ses multiples talents au sein d’une des pires équipes de la LNH.

 

Shea Weber

Le capitaine des Predators tarde à signer un contrat à long terme avec l’équipe du Tennessee. Est-ce que son avenir passe par Nashville? Chose certaine, au salaire qu’il commande, et parce que son autonomie complète est prévue pour juillet 2013, les Predators ne devraient pas avoir à s’inquiéter au sujet des offres hostiles. Mais si jamais une équipe pense avoir une chance réaliste de gagner la coupe dès 2013, pourquoi ne pas prendre une chance avec Weber? Les Predators seraient probablement trop pauvres pour égaler une offre mirobolante et quatre choix de première ronde pour un défenseur aussi dominant, c’est des peanuts.

 

David Perron

Les Blues regorgent de bons jeunes attaquants. On a qu’à penser aux T.J. Oshie, Patrik Berglund et Jordan Schwartz. Toutes les équipes ont, bien sûr, de la place pour des joueurs de talent comme Perron dans leur alignement. Mais est-ce que les Blues est l’équipe qui permettra à David Perron de passer au niveau supérieur. Les habiletés de l’attaquant québécois sont largement supérieures à la moyenne et cet arsenal pourrait attirer quelques offres intéressantes sur la table de son agent.

 

Evander Kane

Les rumeurs voulant que Kane cherche par tous les moyens de foutre le camp de Winnipeg fusent de toutes parts. Il n’a pas la pleine autonomie, mais il aura quand même le privilège de négocier avec toutes les équipes de la LNH à compter de dimanche. Il est exactement le joueur qu’il faudrait à la gauche de Tomas Plekanec et Brian Gionta à Montréal. Est-ce que Marc Bergevin tentera le grand coup?

 

Jamie Benn

Un joueur un peu méconnu puisqu’il évolue dans un marché devenu marginal à Dallas, Benn est le joueur de concession à Dallas. James Neal et Mike Ribeiro maintenant partis, on compte sur lui pour générer de l’attaque dans la ville texane. Si les compensations devaient être moins élevées, il recevrait sans doute plus d’une vingtaine d’offres hostiles. C’est dire à quel point il n’est pas un inconnu dans les bureaux des équipes de la LNH.

 

Aaron Palushaj

Ben non, c’t’une joke. Continuez de lire! Ce branleux là va retourner jouer avec les Bulldogs.

 

Michael Del Zotto

Après une saison 2010-11 épouvantable, qu’il a terminée au Connecticut dans la ligue Américaine, Del Zotto est revenu en force la saison dernière, tant offensivement que défensivement. Devenu un défenseur de confiance pour John Tortorella pendant l’absence prolongée de Marc Staal, Del Zotto pourrait être en voie de faire sauter la banque à long terme, lui qui possède des habiletés offensives et un coup de patin fort avantageuses. Les Rangers ont-ils assez d’argent pour lui?

 

Alexander Radulov

KHL? Pas KHL? On ne semble plus savoir sur quel pied danser avec le mystérieux joueur russe. Reste que son avenir à Nashville semble réglé : il n’en a plus. Les Predators doivent prier qu’il reçoive une offre d’une autre équipe (les Rangers) afin de prendre la compensation et se sauver en courant avec!

 

Dmitry Kulikov

Un peu dans l’ombre de Brian Campbell la saison dernière, le jeune défenseur russe, issu de la LHJMQ, a connu une très belle saison en Floride et il est maintenant temps pour lui de passer à la banque. Plusieurs équipes rêvent de posséder des défenseurs complets comme lui. Un salaire de 3 millions de dollars ne coûterait qu’un choix de 2e ronde comme compensation si jamais les Panthers faisaient l’erreur de ne pas égaler l’offre. Pourquoi ne pas prendre une chance?

 

Sam Gagner

Le centre des Oilers, qui a connu la semaine de sa vie l’hiver dernier, pourrait avoir besoin d’un changement d’air. Coincé derrière Ryan Nugent-Hopkins et le capitaine Shawn Horcoff, Gagner ne coûterait pas une fortune, mais sûrement trop cher pour les Oilers, qui n’égaliseraient peut-être pas une offre hostile. Il a du talent et une bonne tête sur les épaules. Un bon candidat à l’offre hostile.

 

Jamie McGinn

Un petit joueur sleeper pour compléter la liste. On croyait que la carrière de Jamie McGinn achevait lorsque les Sharks l’ont inclus comme throw in dans une transaction avec l’Avalanche du Colorado en février dernier. Après avoir obtenu 12 buts en 61 parties en Californie, il en a ajouté 8 en 17 rencontres à Denver. Alors qu’il gagnait proche du salaire minimum l’an dernier, McGinn, un ailier costaud, pourrait ne pas coûter très cher en salaire et en compensation. L’Avalanche devra se méfier des autres formations!

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11