Euro 2012: Prédictions des groupes C et D

Don Trapattoni

Groupe C
République d’Irlande
Croatie
Espagne
Italie

Cette équipe irlandaise, c’est un peu comme boire une Guinness : on s’attend toujours au même goût prononcé de caramel brûlé, de forte torréfaction aux doux effluves de café, à une bière classique, légendaire, légère et rafraîchissante. La bière parfaite pour ceux qui la connaissent, mais méprisée par ceux qui ne l’ont jamais goûtée, car emprunte de toutes sortes de légende douteuse. La sélection de Trapattoni, Trap pour les intimes, a sensiblement le même profil que sa boisson nationale : on connaît son goût, on sait à quoi s’attendre, mais il y a toujours ce mythe, ces effluves, cette capacité à nous surprendre à chaque match, et ce, de n’importe quelle manière. Ajouter à cela  leur sélectionneur en poste depuis quatre ans, soit Giovanni Trapattoni, mythique entraîneur ayant mené l’Inter et la Juventus à rafler tous les honneurs inimaginables entre les seventies et les nineties, et vous obtenez une sélection redoutable et sous-estimée. Mais il y encore ces gens qui, par la force des choses, imaginent une formation exsangue, faible, qualifiée sur la pointe des pieds… ce qui est horriblement faux. Elle a terminé deuxième de son groupe en phase de qualifications, derrière la Russie, avec deux petits points d’écart, soit le résultat d’une défaite de trois à deux contre ces mêmes camarades. Puis, en barrages, les Irlandais ont par la suite fessé les Estoniens quatre à zéro au match aller et fait match nul un à un à la partie retour. Peut-être que la République d’Irlande n’est pas la plus sexy de toutes les formations présentes à cet Euro, mais elle impose son style, basé sur le fameux irish fighting spirit et une nouvelle rigueur tactique et défensive insufflées par Trap. En gros, on se bat jusqu’à la fin, on défend à onze et on attaque à onze. Après, bah, entre des vieux loups étant à leurs derniers milles (Robbie Keane, Damien Duff, Shay Given, Richard Dunne et John O’Shea) et des jeunes talentueux (Darron Gibson, Shane Long, Aiden McGeady et la révélation de Sunderland James McClean), le mélange a plutôt bien pris, ce qui devrait emmerder les Italiens et les Croates quant à l’obtention de la deuxième place. Finirons deuxième du groupe (oh que oui!).

Bon, je n’élaborerai pas autant sur la Croatie, tout simplement car elle me semble ultra fébrile. Subissant deux défaites, une contre la Géorgie (un à zéro), l’autre contre la Grèce (deux à zéro), en phase de qualifications, les hommes de Bilic ont de quoi s’inquiéter quant à la rude compétition qui les attend dans le groupe C. Entre le forfait d’Olic, leur meilleur attaquant, leur défensive peu inspirante et un génial Luka Modric seul en milieu de terrain, une élimination précoce est à prévoir, soit un peu comme les Italiens. Quoi? La Squadra Azzurra? Bah quoi? Qu’est-ce que vous voulez d’une formation qui s’est fait frapper de plein fouet par une histoire de Buffon et les blessures de Barzagli et de Balotelli (légère celle-là) et on obtient une formation qui s’immole sur la place publique en allant se présenter à l’Euro… D’ailleurs, scandales rocambolesques il y a peine quelques semaines? Mis à part Domenico Criscito, dont l’implication à la Calcioscommesse (nom donné au scandale des matchs truqués qui en est à sa troisième vague d’arrestations) s’est avérée véridique, il y a également Leonardo Bonucci, faisant partie des vingt-trois joueurs sélectionnés par Cesare Prandelli, qui pourrait faire face à des accusations. Ajoutez à cela des soupçons planant autour de Guianluigi Buffon et les blessures de Barzagli et de Balotelli (légère celle-là) et on obtient une formation qui s’immole sur la place publique en allant se présenter à l’Euro. D’ailleurs, l‘italie a même failli se retirer volontairement de l’Euro, selon les dires de Prandelli. Comme quoi…

Puis, il y a l’Espagne. Je doute de la capacité de la Roja a engrangé un troisième titre international majeur de suite, en raison d’un désir de victoire réellement assouvi, mais peut-on nier leur talent, et ce, malgré les pertes majeures de Puyol et David Villa pour cause de blessure? À long terme, peut-être, mais pour l’instant pas vraiment. Toque, football champagne, Xavi, Iniesta, David Silva, Xabi Alonso, Juan Mata… Entender?

Mon classement
1.Espagne
2.République d’Irlande

3.Italie
4.Croatie

Le match à regarder : La République d’Irlande contre l’Italie, le 18 juin, à 14h35 sur RDS, pour l’obtention de la deuxième place.

 

En plus d'être sexy, Frank Ribéry sera le joueur clef de l'équipe de France

Groupe D
Angleterre
Ukraine
Suède
France

C’est étrange, mais je trouve le groupe D davantage complexe que le groupe B, soit celui de la mort. D’un côté, on a les Français, emplis de talent et de fougue, voulant se confesser et avoir le pardon du peuple pour ce qui s’est passé en 2010, de l’autre il y a les Anglais, décimés par les blessures et les choix douteux (Downing, Henderson, Kelly, Carroll, le non-choix de Ferdinand…), mais plus soudés que jamais depuis que leurs partisans sont suspicieux quant aux réelles chances de leur nation de soulever le Graal du soccer européen. Puis, il y a l’outsider suédois possédant l’un des cinq meilleurs joueurs du monde en la personne d’Ibrahimovic et un excellent milieu de terrain avec Elm, Kallstrom et Sébastien Larsson… et l’Ukraine qui… bah… à la vielle légende Shevchenko et la foule. Un joli groupe imperceptible, en tout cas, pour ce qu’il en est.

Sinon, je vois bien les Bleues causer la surprise et sortir premier du groupe, avec des joueurs de haut niveau à la Benzema, à la Ribéry, soit probablement le meilleur joueur français à avoir porté la tunique française depuis Zidane en 2006, à M’Vila, à la Nasri (si jamais il se décide, bon dieu…), etc. Sauf que les hommes de Laurent Blanc n’ont toujours pas fixé leur charnière centrale (Mexès et Rami), excessivement fébrile contre l’Estonie, il y a de ça quelques jours. Bref, tout n’est pas parfait, mais si le collectif se huile bien et la défensive exerce un minimum de qualité sur le pré, les Français pourraient tromper bien des pronostics…

Après, entre les Suédois et les Anglais, le choix m’apparaît flou, vraiment flou… Je ne sais trop, pour être franc avec vous mais, avec un peu d’admiration pour la culture du fighting spririt et de la passion déployée entourant une victoire de la part des Three Lions, je vois bien la troupe de Roy Hodgson passer la phase des groupes, avec une tactique chiante, soit le parking the bus. Qu’est-ce que c’est? Onze joueurs qui défendent et qui balancent la balle en avant pour espérer un contre favorable de la part de l’un de leurs attaquants rapides. Chelsea l’a fait pendant les demi-finales et la finale et a remporté la Ligue des champions. Pourquoi ne pas pallier les absences de Rooney (suspendu), de Cahill, Lampard, et Barry, tous blessés, ainsi que peut-être Terry lors de leur première joute contre la France, en usant de cette technique basée sur l’abnégation et l’entraide pour engranger les points nécessaires à leur qualification? À surveiller.

Pour leur part, Ibrahimovic et consorts ont nécessairement tout pour se qualifier en quarts de finale. Reste que, si jamais Ibra décide d’être dans « ses mauvais jours », les Suédois baissent instantanément d’un niveau et l’inverse est tout aussi réaliste, à savoir si Zlatan est dans « ses bons jours », les hommes d’Erik Hamrén peuvent battre pratiquement n’importe qui… C’est du cinquante-cinquante, en gros.

Puis, il y a l’Ukraine… Vous savez, ils ont une tunique jaune et bleu ciel… Non, ça ne vous dit rien? Ce n’est pas bien grave.

Mon classement
1.France
2.Angleterre

3.Suède
4.Ukraine

Les matchs à regarder : la France contre l’Angleterre, pour l’histoire, la rivalité, à 11h50 sur RDS. L’Angleterre contre la Suède, pour l’obtention de la deuxième place, à 14h35, sur RDS.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11