L’Impact au Stade Saputo: Les rendez-vous des sportifs cet été

Le stade est intime et la foule se retrouve rapidement dans une très bonne ambiance au nouveau Stade Saputo.

Le stade est intime et la foule se retrouve rapidement dans une très bonne ambiance.

Je n’ai manqué qu’un seul match de l’Impact au Stade Olympique, celui où David Beckham a attiré la foule record de 60 860 spectateurs. Le retour de 20 ans dans le passé que l’architecture du stade, les uniformes des employés et le fait de pouvoir obese dating website faire autant de bruit avec les bancs comme dans l’temps de Rondell White, Henry Rodriguez et Carlos Perez m’a grandement amusé. Ah oui! La qualité du soccer sur la surface http://grottobaytennis.com/13-where-are-the-free-dating-sites/ était également excellente compte tenu de la formation d’expansion que nous avons: 2-1-2. Cependant, cinq parties au Big O, c’est suffisant. Les hot dogs ne sont vraiment plus http://mostaqbli.org/mtz/meals-for-singles-ea01 ce qu’ils étaient, les quatre urinoires par salle de toilettes me font croire que la Labatt 50 de 1994 faisait moins pisser que la Coors Light actuelle. L’ambiance y est pour sa part difficile à faire lever, surtout pour des foules tout de même respectables de 20 000 personnes. Vous comprenez donc que j’avais grandement hâte à l’ouverture du Stade Saputo. L’endroit est parfait pour le soccer, mais l’impression d’inachevé était assez présente. Dans certains cas, c’est très comprenable, dans d’autres, espérons que la direction de l’équipe remédiera à la situation.

Le stade

À ma grande surprise, en arrivant par l’entrée Est (à partir du métro Viau), nous avons croisé un tailgate dans le stationnement. L’endroit s’y prête à merveille. Quelques centaines de personnes pourraient aisément reprendre la tradition de nos voisins du Sud. Un petit 5 à 7/BBQ/pre-drink au soleil avant un bon match, faudrait être fou pour ne pas être tenté! Je vous invite donc à vous joindre au party en grand nombre avant les prochaines parties.

Puis, en entrant dans le stade, on remarque immédiatement que les conssessions alimentaires et les boutiques sont beaucoup plus nombreuses que dans l’ancien. Les gradins qui créent un toit au-dessus de ces concessions permettent d’emprisonner et de propager l’engouement des partisans. L’espace est grand et parfaitement aménagé pour ne pas trop nuire à la circulation. Il serait tout de même intéressant qu’une fois les travaux complétés, la structure en acier accueille des affiches de joueurs et de l’évolution de l’équipe.

En ce qui concerne le terrain, la surface est digne des plus belles allées de terrains de golf. Rien à voir avec le synthétique tant critiqué du Stade Olympique.

Étant donné mon achat de billets assez dernière minute, j’ai dû monter jusqu’à l’avant-dernière rangée afin de trouver mon siège. Ce dernier, bien qu’en plastique assez cheap, est plutôt confortable et l’espace pour les jambes est assez généreux. Une grosse coche au-dessus du Centre Bell et du Stade Percival-Molson côté confort. Malgré la hauteur des dernières rangées, on se sent tout à fait dans l’ambiance. Les Ultras étaient à l’autre extrémité du terrain et j’entendais les chants comme si j’avais été trois sections à côtés d’eux au Big O. Évidemment, lorsque le jeu se déroule dans la zone opposée, les perspectives sont quelque peu distortionnées, mais, dans l’ensemble, chaque billet permet de bien apprécier le spectacle. Le seul bémol pour les spectateurs est la taille du seul et unique tableau indicateur. Pour un stade 2012, j’aurais préféré que l’écran ressemble davantage à celui du Centre Bell qu’à celui de son désuet voisin au Stade Olympique. En plus, il m’était difficile de le consulter étant donné qu’il se trouvait derrière moi.

Le match

Trois dating matchmaker romance semaines s’étaient écoulées depuis la dernière partie en raison de la pause internationale permettant aux meilleurs joueurs de chaque pays de participer aux qualifications de la Coupe du Monde 2014. Voyez l’analyse de mon camarade Neeskens sur les performances de l’équipe canadienne ici.

En tant que partisan recrue, j’étais donc un peu rouillé. La première touche de balle de Patrice Bernier m’a quelque peu réorienté; Jesse Marsch avait repris le 4-2-3-1 utilisé lors du dernier match au Colorado. C’est cette formation qui avait permis à Bernier de réintégrer le onze partant. Il avait d’ailleurs connu une bonne performance avec un but et une passe décisive. Le natif de Brossard a prouvé à son entraîneur qu’il avait sa place sur cette nouvelle pelouse en y allant de trois passes décisives, ce qui lui a valu le titre de joueur de la semaine dans la MLS.

Il n’en fallait pas plus pour ravir les spectateurs excités, qui se levaient de leur siège à la moindre chance de marquer. Felipe, Mapp, Wenger et Neagle (entré à la 62′ pour Mapp) ont tous fait bouger les cordages sur des frappes bien appuyées, suite à de belles pièces de jeu.

Patrice Bernier avait plusieurs raisons d'être heureux samedi. - MLS.com

Patrice Bernier avait plusieurs raisons d'être heureux samedi. - MLS.com

La performance est donc grandement satisfaisante à l’amorce free gay online personals de cette deuxième partie de la saison. La confiance à domicile semble à son comble avec une seule défaite. Il ne reste plus qu’à espérer que l’ajout de Marco Di Vaio soit aussi important que les attentes le sont.

En ce qui a trait au stade, j’espère que Richard Legendre et son équipe s’assureront que le scénario de samedi dernier (match très important où le stade n’était pas à guichets fermés) ne se reproduira pas. L’ambiance y est très bonne et le spectacle au-delà des espérances. Aucune raison pour que le Stade Saputo ne soit pas la destination sportive de l’été à Montréal.

Tous au stade!

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11