Retour vers le futur

Il semble y avoir déjà beaucoup d’affinités entre Michel Therrien et Marc Bergevin.


 
Une chose m’a particulièrement marqué durant le processus menant à l’embauche de Michel Therrien comme entraîneur-chef du Canadien : la longueur de la liste de candidats pour le poste. Alors que pour occuper le bureau du directeur général, on parlait d’une quinzaine de candidats au départ, on a entendu que trois ou quatre noms comme remplaçants permanents potentiels à Jacques Martin.

La méga tempête linguistique qui a marqué la dernière saison est venue éliminer automatiquement tous les candidats unilingues anglophones. Une bonne chose, selon moi, car ça aurait grondé en triple si l’équipe avait refait la même erreur.

Ensuite, dès son entrée en poste, Marc Bergevin a parlé du profil qu’il recherchait chez un entraîneur. Un de éléments étant l’expérience, cela éliminait tous les entraîneurs inexpérimentés de la LHJMQ (Patrick Roy, André Tourigny et autres Benoit Groulx) ou adjoints dans la LNH (Pascal Vincent). Oui, Patrick Roy était le candidat populaire, mais comme Bergevin est lui aussi inexpérimenté dans son poste, il fallait s’attendre à voir un entraîneur connaissant le milieu de la LNH derrière le banc.

Ces deux éléments, combinés au fait que les candidats intéressants comme Claude Julien et Alain Vigneault étaient déjà en poste, ont fait en sorte que la liste de candidats connue était bien courte. Outre Roy, on parlait de Michel Therrien, Marc Crawford et Bob Hartley. Comme celui-ci a accepté l’offre des Flames la semaine dernière, Therrien et Crawford étaient opposés pour le dernier droit, une course finalement remportée par Therrien, à la grande surprise de plusieurs, au grand soulagement des autres qui ne voulaient pas voir un entraîneur congédié à trois reprises en cinq ans (Crawford), dont la langue française n’est pas à point, derrière le banc de leur équipe fétiche.

C’est un retour vers le futur pour le Canadien, qui réembauche Michel Therrien après l’avoir congédié en 2003. La formule ne fonctionne pas tout le temps. Paul Maurice n’a pas su mener les Hurricanes bien loin à son retour en Caroline, mais Jacques Lemaire a replacé les Devils sur la bonne voie la saison dernière, en remplacement de John MacLean.

Personnellement, je crois qu’il s’agissait du meilleur candidat disponible dans les limites imposées par Marc Bergevin. En plus, il semble y avoir beaucoup d’affinités entre lui et Therrien. Therrien a bien su diriger les jeunes Penguins lors de son passage à Pittsburgh. Les Crosby, Malkin, Staal et Letang ont tous débuté leurs carrières avec Therrien derrière le banc et cette expérience saura l’aider à Montréal, particulièrement avec le jeune espoir que le CH repêchera au 3e rang dans deux semaines.

Therrien est un entraîneur dur, passionné, intense, dans le même moule que Patrick Roy, le favori des fans.

Reste maintenant à voir si Marc Bergevin, dans sa première décision d’importance depuis son entrée en poste, aura réussi son pari, ou pas.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11