Élégance et créativité à portée de main

C'est le cas de le dire : c'est un but à se jeter par terre...

Voilà donc un triomphe qui fait vraisemblablement souffler Jesse Marsch et ses troupes, eux qui ont su tenir leur avance en toute de fin joute contre le Revolution, soit aux antipodes des rencontres passées, où une dizaine de jolis points ont été maladroitement abandonnés à raison d’une défensive trop passive en fin de rencontre tout au long de la saison. Malgré cette victoire signée Nyassi et Bernier, certains questionnements persistent, d’autant plus que les séries approchent et que le onze montréalais est en pleine course folle pour agripper la cinquième position de l’association de l’Est, synonyme de qualification pour le premier tour vers la conquête de la fameuse coupe de la MLS. Des imbroglios, tels la présence intermittente de Nyassi sur le onze partant, qui, je l’espère, sera resté sur son côté excentré pour le reste de la saison, convaincant du même coup Marsch de son apport indispensable en attaque ou encore de la vacuité de liens entre le quatuor offensif et Bernier, alias le regista québécois, pour relayer rapidement et intelligemment le ballon à Di Vaio et consorts… mais principalement à Marco.

Puis, bon, je vais être honnête avec vous : Jesse Marsch me fruste pour toutes ces quelques raisons (même je pourrais en citer d’autres, celles-là pouvant cependant être mineures) même si je sais pertinemment qu’il est un magnifique meneur d’hommes, mais certainement pas un tacticien hors-pair. Certes, il a une philosphie globale de jeu, un peu comme Bill Shankly qui refilait le côté plus stratégique à ses adjoints tout ayant une vision concrète de comment le soccer se devait d’être pratiqué , alors que lui s’occupait davantage du groupe dans son ensemble. Mais quand même… Et attention à ce que ça ne lui coûte pas une place en séries… Une place qui se devra d’être gagnée par un soccer plus fluide et créatif. Lui restant donc douze  matchs, dont huit qui influenceront à coup sûr leur positionnement final, la tâche s’annonce ardue dans tous les cas, à moins que la pièce manquante se trouve déjà dans l’effectif…

Notre regista national

Créativité défectueuse

Vous voyez, moi, en tant que romantique, j’adore ces touches de subtilité distribuées un peu partout sur le terrain par ces footballeurs grandioses qui caressent la gonfle de gestes techniques, de passes intelligentes ou encore de coups d’éclat futilement jolis. Par exemple, Bernier en rôle plus reculé, en regista comme les Italiens aiment les appeler, dixit Pirlo, Scholes, Gérson ou encore Beckham avec LA, lui permettant de contrôler le jeu à sa manière, ça, c’est délectable. Également, quand Ferrari était en santé, son élégance en tant que défenseur axial était à tomber par terre. Et je vous dirai que c’est cette splendeur qui manque en milieu offensif, cette petite pointe de je-ne-sais-quoi qui lierait le tout en un jeu fluide et homogène.

Oui, Felipe vous allez me dire, mais depuis quelques rencontres, il ne se fait pas mettre dans les meilleures dispositions possibles. D’ailleurs, quelle est l’idée de le placer à côté de Bernier? Depuis le début de la campagne, il n’a jamais été aussi effacé, tout simplement, car c’est le Patrice qui dicte cette partie du terrain. Peut-être que Jesse voulait faire en sorte que Felipe soit moins couvert et frappé par l’adversaire, sachant désormais qu’il peut être une menace constante à l’avant… mais ça a été complément raté… Pourquoi donc ne pas déplacer Arnaud et sa hargne, qui seraient davantage utiles à ce poste, pour récupérer des ballons pour les donner à Bernier à la relance? Une sorte de Gattuso, soit un chien, un cadenas qui anéantit et qui refile le ballon au meneur plus reculé. Je crois ainsi qu’on apprécierait davantage Davy à ce poste. De plus, Jesse aurait intérêt à replacer Felipe dans des dispositions offensives en arrière de notre buteur italien en compagnie de l’électron Nyassi à droite, se devant de rester dans le onze, lui qu’on sous-estime ridiculement trop et Mapp, étant sur son côté gauche, son crâne dégarni et sa conduite de balle « crazy-glue ».

Un cerveau bosnien au repos

La créativité bosnienne est juste là… je te dis : juste là!

À partir de là, voilà ma solution : l’Américain, assistant Nyassi sur sa passe providentielle, est souvent cramé à l’heure de jeu… Pourquoi ne pas le sortir pour Ubiparipovic qui donnerait un second souffle à la circulation de balle de l’IMFC, ce qui pourrait profiter à un Di Vaio qui a besoin d’un jeu tout en position plus la rencontre avance, en raison de son incapacité à courir toute une joute. Notre entraîneur bilingue pourrait le prendre, le descendre d’un cran (à mi-chemin entre notre numéro 8 national et notre Italo-Brésilien) pour venir assister Bernier et Arnaud, leur donnant du même coup des options plus rapides. Par la suite, le Bosnien, probablement un des plus techniques de la formation montréalaise, pourrait faire parler son talent, avec une vision dégagée par la profondeur de Nyassi et Felipe. Il pourrait ainsi travailler de pair avec un Felipe davantage provocateur pour munir notre numéro 9 de chances concrètes. Le plus important dans tout ça, c’est qu’il pourrait temporiser un peu plus haut sur le terrain (à la différence de Bernier qui se doit de rester proche de notre quatuor défensif pour la première relance), ce que les Felipe, Nyassi ou Mapp ont souvent de la misère à réaliser, tout simplement parce qu’il se précipite trop en contres la plupart du temps… En gros, Sinisa serait cette petite touche classieuse entre Bernier et Felipe qui manque cruellement à la construction de jeu… soit de quoi refaire sourire Marco et remplir nos foules d’allégresse. Et c’est certainement pas moi qui vais s’en plaindre.

Quelques petits mots pour la fin

-          Nesta ne débutera pas la joute contre le Dynamo, ça, c’est confirmé… Mais le verra-t-on en fin de deuxième demie? Ça, ça reste à voir…

-          Regardez-moi ce bijou de Thierry Henry : contrôle poitrine et volée du gauche dans pleine lucarne, alors que l’angle était plutôt restreint. Le Titi des beaux jours…

-          La rumeur Del Piero est repartie de plus belle, selon l’excellent SoccerPlus. Suite à cela, Patrick Leduc a demandé à Nick De Santis, lors de l’émission d’avant-match sur RDS, si le tout s’avère véridique et la raison a été un « Non » empilé d’un rire jaune… On verra bien : on sait maintenant que Saputo et son équipe sont capables d’à peu près tout!

Suivez-moi sur Twitter (Thomas_hm), pour plus de soccer, pour tout et pour rien.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11