LES ULTRAS AU STADE SAPUTO: LA CONTAGION DE L’AMBIANCE

Les Ultras au Stade Saputo. - ultrasmontreal.com

Cela fait maintenant plus de dix ans que les Ultras, le groupe de supporteurs principal de l’Impact au Stade Saputo, dévouent corps et âme pour supporter leur club. Avec la connaissance limitée des Québécois et Montréalais (moi le premier) pour la culture du foot, les Ultras n’ont pas toujours fait l’unanimité, tant chez les partisans que chez la direction du club. Cependant, cette saison d’entrée en MLS, de déménagement de la section leur étant réservée au stade et de dixième anniversaire semble servir de tremplin au groupe.

L’arrivée dans les ligues majeures de l’Impact a attiré l’attention non seulement de nouveaux suiveux de soccer, mais également de purs et durs, qui ne juraient que par les activités européennes et/ou internationales du sport. Qu’ils soient connaisseurs ou néophytes, ces nouveaux partisans semblent correspondre exactement au profil de partisan qu’il manquait à l’Impact. L’ambiance autrefois familiale au Stade est dorénavant davantage axée sur le support de l’équipe locale et c’est tant mieux.

Le nouveau venu Alessandro Nesta révélait d’ailleurs à TVA Sports la semaine dernière que l’ambiance était excellente pour les joueurs sur le terrain en raison de la proximité des partisans et de l’ambiance qu’ils créent. Les Ultras sont grandement responsables du fait que Nesta puisse faire une telle affirmation. Sans eux, aucun chant ne serait entendu au stade et c’est ce qui permet à l’ambiance de se comparer à celle des stades européens.

Alessandra Nesta dans l'uniforme de l'Impact. - Agence QMI

La saison dernière, il y avait eu une controverse par rapport à l’arrivée des Ultras au stade, qui devaient traverser ce dernier sur sa longueur pour se rendre à la section qui leur était réservée, sans siège pour s’asseoir. En passant, le groupe pouvait paraître intimidant même pour les partisans de l’Impact, surtout pour ceux qui ne connaissaient pas les Ultras et leurs agissements. Cette saison, les partisans semblent plus au courant des procédures lors d’un match.

De plus, la section des Ultras a été déménagée à l’opposé d’où elle se trouvait, soit tout près des deux entrées au stade. La direction du club ne s’est pas arrêtée là. Lorsqu’elle a revu les prix de ses billets et offert des forfaits, elle s’est assurée que les sièges destinés au « Forfait Amis », ciblant les jeunes plus susceptibles de se joindre aux Ultras, allaient être aux côtés de ces derniers. De cette manière, la propagation des chants et de l’ambiance allait se faire à partir d’une masse plus importante.

Bien évidemment, les timides sont plus nombreux que ceux qui embarquent, mais l’effet de masse se fait de plus en plus sentir comme le prouve le vidéo suivant, où l’on voit que même une section latérale du stade répond aux chants des Ultras.

En plus de réussir l’exploit de faire participer autant de gens, les Ultras sont maintenant mieux connus. Leur section est davantage remplie par leurs membres et des partisans participants que par des néophytes s’étant procurés les billets les moins coûteux, sans savoir où ils seraient situés.

Tout ceci est très encourageant, autant pour les Ultras que pour les dirigeants de l’Impact. La culture s’implante petit à petit chez les Québécois et les Montréalais et avec une équipe qui s’annonce compétitive pour sa deuxième saison, nous risquons d’avoir des soirées très agréables dans les étés à venir au Stade Saputo.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11