La série subway

Pour les joueurs de la LHJMQ, le lundi est la journée-étude. Pour une vingtaine d’entre eux, ce lundi était exception; c’était jour de match. Ils disputaient un match de la série subway opposant l’équipe junior russe aux joueurs étoiles de chaque ligue junior canadienne. Pas d’étude aujourd’hui pour les vedettes du hockey junior; ils devront plutôt impressionner les dépisteurs de Hockey Canada pour mériter une place au camp d’entraînement d’équipe Canada junior pour son tournoi annuel durant le temps des Fêtes.

Le jeu d’ensemble des deux formations fait défaut bien évidemment car ces joueurs ont très peu évolué ensemble. On peut tout de même remarquer le talent indéniable de certains. Nail Yacupov et Mikael Grigorenko chez les russes ainsi que Jonathan Huberdeau et Xavier Ouellet chez les étoiles de la LHJMQ se démarquent par leurs habiletés supérieures.

Nathan McKinnon, le futur premier choix au repêchage ne m’a pas vraiment impressionné. Surement une mauvaise journée au boulot dans son cas.

Le match quant à lui, n’est pas très enlevant; le gardien Étienne Marcoux n’est pas de taille contre les tirs précis des russes. Ils prennent rapidement une avance qui ne cesse de s’accroitre avec les mauvais buts qu’accordent Marcoux. Pour rajouter l’injure à l’insulte, le gardien adverse, Andrei Vasilevski, multiplie les arrêts spectaculaires.

La présences des Russes en sol canadien a amené quelques situations cocasses. Lors d’une pénalité pour mise en échec par derrière (qui vient automatiquement avec un 10 minutes de mauvaise conduite) le juge de ligne a tenté d’expliquer à l’entraineur russe qu’il devait envoyer un autre joueur servir la punition de temps au banc des punitions. Quel défi! L’entraineur ne semblait aucunement comprendre les consignes. Le juge de ligne s’est finalement adressé à Yacupov pour qu’il traduise ses propos.

À la fin de la partie, lors de la remise des joueurs du match, l’annonceur a appelé Andrei Vasilevski le gardien russe pour son brio; il est resté stoïque jusqu’à ce qu’un de ses coéquipier lui dise qu’il devait s’avancer pour recevoir son prix. Soit l’annonceur a massacré son nom ou bien l’acoustique du centre d’excellence Rousseau est d’aussi mauvaise qualité sur la glace que dans les estrades.

Avec ma dernière série d’articles, je vois plusieurs matchs de hockey non-télédiffusé ces temps-ci, j’ai trouvé pénible de subir les 3 pauses publicitaires par période. C’est dans ces temps-là qu’on comprend l’utilité d’un écran géant.

La soirée a été amusante puisqu’on a pu voir quelques futures vedettes à l’œuvre. En espérant que les joueurs auront la possibilité de reprendre leur lundi-étude lorsqu’ils seront de retour avec leur formation. En effet, s’ils ne deviennent pas vedettes, ce sont leurs études qui les feront vivre!

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11