Le gros Lars

Il vient d’être nommé deuxième étoile de la semaine dans la LNH. La saison dernière, au deuxième match, il était laissé de côté par son entraîneur Michel Therrien. Qu’est-ce qui a changé chez Lars Eller en dix mois?

La confiance en soi est le gage de succès de plusieurs athlètes. Aussi talentueux qu’ils puissent être, s’ils n’ont pas confiance en eux rarement ils obtiendront les résultats anticipés. Pensez à Anthony Calvillo en début de carrière ou à Alexandre Despaties à Londres…

20131008-000517.jpg Michel Therrien est, à mon avis, un spécialiste pour donner confiance aux joueurs auxquels il croit. Je suis persuadé qu’après les matchs qu’Eller a regardés de la passerelle, Therrien a exposé ses attentes au gros Lars.

20131008-000549.jpgPlusieurs encouragements et enseignements plus tard et le “L” écrit au front d’Eller disparaissait au fil des match. Aussi, peu à peu, Therrien dessinait un “W” dans son front. Espérons qu’il le dessinait au crayon indélébile.

Ce que j’aime particulièrement du #81 est son combo habiletés/grosseur. Je ne sais pas si c’est parce qu’il sont tous les deux blonds et scandinaves mais Eller me rappelle Mats Sundin à ses premières années chez les Nordiques.

20131008-000608.jpg Un grand joueur de centre habile qui était capable du meilleur comme du pire. Parlez-en à Pierre Pagé… Si notre danois se développe pour être la moitié de ce qu’était Sundin à Toronto, le problème du grand joueur de centre du CH est réglé pour les prochaines années. Le Canadien n’aura plus besoin d’aller chercher des agents libres comme Radek Bonk ou Brian Smolinski pour grossir sa ligne de centre.

A mon avis, la différence entre le Eller des premières années et le Eller 2.0 est sa lecture et sa compréhension du jeu. Il l’a lui-même reconnu en entrevue; désormais, il sait reconnaître les situations où il doit effectuer une passe de celles où il doit garder la rondelle et utiliser ses habiletés techniques.20131008-001734.jpg Mon analyste favori, Dany Dubé, avait déjà comparer Eller à un gars qui va jouer à la patinoire de quartier et qui est clairement le meilleur puisqu’il déjoue aisément tous les autres joueurs. Par contre, ce joueur n’était pas apte à répéter ces exploits dans une ligue organisée où un système d’équipe est instauré. Eller semble avoir surmonté ce problème grâce à une meilleure capacité d’analyse du jeu. Je donne beaucoup de crédit à l’équipe d’entraîneurs qui semble bien enseigner aux jeunes joueurs. Un beau bravo aussi à Eller qui semble bien réceptif à ces enseignements.

Rappelons-nous qu’il n’y a que deux matchs de disputés; ne partons pas en peur. Rappelons-nous aussi des mois d’octobre de Brian Savage. Par contre, il n’est pas interdit de rêver à une saison productive du #81 ainsi qu’à une carrière prolifique.

À voir aussi sur SDR :


Vos commentaires


 

© 2010-2012 Sportsderuelle.ca
Image 01 Image 02 Image 03 Image 04 Image 05 Image 06 Image 07 Image 08 Image 09 Image 10 Image 11